DERNIERE MINUTE

Un an après Nice, la difficulté de survivre

Vous lisez:

Un an après Nice, la difficulté de survivre

Taille du texte Aa Aa

Ce 14 juillet 2016, Sophie et son mari fêtaient à Nice leur anniversaire de mariage avec leurs trois enfants. La soirée sur la Promenade des Anglais a viré au cauchemar, quand le camion bélier a foncé dans la foule.

“On est passé vraiment à quelques centimètres du camion et si il n’y avait pas eu mon mari on ne serait plus là, explique Sophie Lacuisse, originaire de Bons-en-Chablais. Moi j’ai une petite partie de moi qui est morte, ça m’a changée, on est en décalage”.

Ils n’ont su que le lendemain matin l‘étendue du drame. Depuis toute la famille voit un psychiatre, l’Etat prend en charge les soins pour les survivants de l’attentat. A l’approche du premier anniversaire de la tragédie, les angoisses et les cauchemars de Sophie augmentent. L’attentat de Nice a fait 86 morts et 450 blessés.