DERNIERE MINUTE

Radar et voiture de gendarmerie factices contre les excès de vitesse

Excédé par les excès de vitesse dans son village du Gard, un sexagénaire pensait avoir trouvé la parade. Mais les gendarmes en ont décidé autrement.

Vous lisez:

Radar et voiture de gendarmerie factices contre les excès de vitesse

Taille du texte Aa Aa

Trop, c’est trop ! Excédé par le trafic et les excès de vitesse dans son village du Gard, dans le sud de la France, un sexagénaire pensait avoir trouvé la parade, installer un faux radar et une fausse voiture de gendarmerie pour faire ralentir les automobilistes trop pressés. Mais, la gendarmerie, la vraie, a décidé de mettre fin à la supercherie.

Il avait pensé à tout, en achetant un véhicule utilisé par les forces de l’ordre et de la même couleur de surcroît. Le propriétaire avait même apposé sur son véhicule des sérigraphies proches de celles utilisées par la gendarmerie et, détail ultime, des drapeaux tricolores sur les plaques d’immatriculation. Et pour que le piège soit parfait, l’homme avait aussi fait preuve d’ingéniosité en confectionnant un faux radar plus vrai que nature avec un appareil photo relié à la voiture par un câble électrique.


C’est dans ce virage que la fausse voiture de gendarmerie et le faux radar avait été installés

Les gendarmes se sont donc rendus sur place, dans le village de Chamborigaud, pour remettre à l’homme de 63 ans une convocation en justice. Il devra répondre devant un tribunal du “ délit d’usage public de véhicule pouvant créer une méprise avec ceux des militaires “. Il a expliqué à la maréchaussée que son « but était de faire ralentir les gens ». Le Colonel Stéphane Lacroix, responsable des Gendarmes du Gard, interrogé par la radio publique France Bleue, a déclaré n’être « pas très souvent confronté à ce type de situation, mais il est bien sûr interdit de maquiller son véhicule en véhicule des forces de l’ordre ».


Le faux gendarme s‘était peut être inspiré de la décision des pouvoirs publics français d’installer des zones de contrôles leurres dans tout le pays. Cette mesure décidée lors d’un comité interministériel de la sécurité routière en octobre 2015 est depuis entrée en vigueur. A ce jour, plus 100 radars leurres “officiels” auraient étaient été mis en place.