DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Achgabat et ses tapis dignes des records


road-to-euro-2012

Achgabat et ses tapis dignes des records

Un tapis fait main de 300 m² est la pièce maîtresse du musée national du tapis d’Achgabat. Il trône au milieu de 2000 autres créations remarquables qui sont non seulement exposées, mais aussi restaurées.

Ses 300 mètres carré lui ont valu d’entrer dans le livre Guinness des records il y a quatorze ans. Un tapis fait main qui a mobilisé 40 personnes pendant huit mois est la pièce maîtresse du Musée national du tapis dans la capitale turkmène Achgabat.

Aujourd’hui, même s’il n’est plus le plus grand du monde, il occupe une place d’honneur au sein d’une collection de deux mille créations diverses qui vont des couvertures pour chevaux et chameaux aux sacs-tapis utilisés par les nomades turkmènes.

“Autrefois, les gens stockaient des plats, du sel et d’autres affaires dans des sacs comme ceux-là, précise Gulshirin Amanmuhammedova, guide au sein du musée. Il y a aussi de grands sacs décoratifs qu’on appelle chuval qui servaient pour ranger les vêtements,” poursuit-elle.

Au- delà de sa mission d’exposition, le musée restaure aussi les pièces les plus anciennes et les plus abîmées. Grâce à du fil, des aiguilles et… un microscope, des spécialistes leur redonnent une seconde vie. Nous rencontrons Ogulsapar Charybaeva, en plein travail : “C’est beaucoup plus difficile de restaurer que de tisser : il faut deux jours pour tisser dix centimètres de tapis, mais dix jours pour restaurer la même longueur,” explique-t-elle.

Déjà, quelque trois cents tapis ont été restaurés par le musée. Ils sont aujourd’hui – quasiment tous – visibles dans les espaces d’exposition.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Lviv : une vie après l'Euro 2012 ?

road-to-euro-2012

Lviv : une vie après l'Euro 2012 ?