Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Affrontements près de l'esplanade des Mosquées

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, REUTERS
Affrontements près de l'esplanade des Mosquées

<p>Pour le troisième jour consécutif, <strong>des dizaines de fidèles musulmans ont prié ce mardi soir à l’extérieur de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem</strong>. </p> <p>Des <strong>heurts</strong> ont ensuite éclaté <strong>avec la police israélienne</strong>. D’après le Croissant Rouge, <strong>une quinzaine de personnes a été blessée</strong>. <strong>Un homme serait gravement touché à la tête</strong> suite à un tir de balle en caoutchouc alors que la police israélienne réfute avoir utilisé ce type de projectiles.</p> <p>La tension est à son comble aux abords du <strong>troisième lieu saint de l’islam</strong>, depuis qu’Israël a installé des <strong>détecteurs de métaux aux entrées de l’esplanade</strong>. Ces mesures ont été prises suite à une <strong>fusillade qui a coûté la vie à deux policiers israéliens, vendredi, et à leurs trois assaillants Arabes israéliens</strong>. </p> <p>Les Palestiniens craignent que les mesures de sécurité prises par Israël <strong>aboutissent à une remise en cause de leur liberté de culte</strong>, dans la vieille ville de Jérusalem. Les musulmans peuvent monter à toute heure sur l’esplanade des Mosquées, <strong>un lieu révéré également par les Juifs</strong> comme le Mont du Temple. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l’an 70 et dont l’unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas.</p> <p><strong>Depuis octobre 2015, Israël et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences</strong> qui ont causé la mort de 283 Palestiniens, 44 Israéliens, deux Américains, deux Jordaniens, un Érythréen, un Soudanais et une Britannique, selon un décompte de l’<span class="caps">AFP</span>.</p> <p>A Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte annexée par Israël, un Palestinien de 17 ans blessé lundi par des tirs de policiers israéliens était mardi dans un état qualifié de <em>“critique”</em> par l’agence palestinienne Wafa.</p> <p><em>Avec <span class="caps">AFP</span>.</em></p>