DERNIERE MINUTE

L’anglais en perte de vitesse dans l'UE?

“Lentement mais sûrement l’anglais perd de son importance en Europe”.

Vous lisez:

L’anglais en perte de vitesse dans l'UE?

Taille du texte Aa Aa

“Lentement mais sûrement l’anglais perd de son importance en Europe”. Les propos du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, sur la place de l’anglais au sein de l’Union est lourde d’insinuation politique. Mais dans les faits les responsables d’établissements d’enseignement des langues étrangères n’observent pas nécessairement cette tendance. “Nous nous attendons à ce que l’anglais se maintienne à son niveau actuel. Mais nous nous attendons à ce que les autres langues deviennent plus importantes”, explique Serge Langerock, directeur de la branche Benelux de l’institut Berlitz. Il note cependant “une diminution de la demande en anglais mais il est impossible de dire si c’est en lien direct avec (…) l’environnement politique lié au Brexit”.
John Knagg travaille pour le British Council, l’institut qui promeut la langue et la culture britannique. Selon lui le ton difficile des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait détourner des étudiants. “La mission du British Council est de s’intéresser aux relations amicales entre le Royaume-Uni et les autres pays, pas nécessairement entre les gouvernements mais entre les citoyens. C’est un point sur lequel nous travaillons et cela ne doit pas être considéré comme acquis”, ajoute-t-il.
Ces inquiétudes ne semblent pas atteindre le monde du travail. Wilfrid Huculak est un entrepreneur belge et pour lui l’anglais restera une langue importante malgré le Brexit. “Nous sommes dans un monde professionnel où l’anglais est nécessaire pour communiquer avec d’autres personnes”, souligne-t-il. Si la question de l’influence de l’anglais est soulevée, son usage au sein des institutions européennes devrait rester majeur.