DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mars : la sonde des Emirats Arabes Unis


science

Mars : la sonde des Emirats Arabes Unis

Les Emirats Arabes Unis sont eux aussi en train de travailler sur une sonde qu’ils comptent bien envoyer sur Mars. La mission, du nom de Al Amal soit l’espoir, vient d‘être présentée au grand public avec des expositions, des ateliers à destination des familles et des écoles de Dubaï.

La sonde devrait se positionner en orbite autour de Mars en 2021. La date n’est pas le fruit du hasard puisqu’elle correspond au cinquantième anniversaire de la fondation des Emirats Arabes Unis.

La mission spatiale des Emirats espère lancer une nouvelle ère au Proche-Orient. L‘équipe travaille avec des chercheurs et des académiciens de l’université du Colorado. La France apporte aussi son aide par le biais du Cnes, l’organisme officiel de la recherche spatiale de l’hexagone. La sonde doit tourner autour de Mars pendant deux ans. Elle fera alors des relevés dans l’atmosphère de la planète rouge.

Salem Humaid AlMarri, est le directeur général adjoint aux Affaires scientifiques et technologiques :
« Cette mission va nous emmener à un autre niveau. Elle permettra de mieux connaître Mars et son atmosphère. Autre aspect très important pour cette mission c’est ce qu’elle va nous donner. L’ESA a déjà beaucoup d’expérience dans les missions martiennes et de chercheurs spécialisés sur Mars, nous voulons nous assurer du fait que nos données vont leur parvenir et nous pouvons coopérer avec eux sur ces données. »

La sonde va aussi se pencher sur le climat de la planète, sur l‘évolution de son climat au quotidien mais aussi sur la base d’une étude annuelle. Elle se penchera aussi sur les fuites dans l’espace de gaz comme l’hydrogène ou l’oxygène. Les chercheurs pensent que Mars est devenue trop chaude, provoquant ainsi l‘évaporation de l’eau mais aussi de molécules qui ont franchi les limites de l’atmosphère.

On pourrait donc établir des parallèles et mieux comprendre ce qui se passe sur notre propre planète.

Sarah AMIRI : “Il y a aussi quelque chose qui est remarquable et c’est assez similaire à ce que nous avons ici sur Terre. Ce sont des tempêtes de poussières. Elles ne sont pas tout à fait similaires à nos tempêtes, les nôtres durent parfois moins d’une journée. Mais parfois elles sont plus fortes et durent une journée. Là elles peuvent recouvrir toute la planète en partant d’une seule région. On a alors une tempête globale qui peut durer des jours voire des semaines.

Pour l’instant l‘équipe ne compte que 75 personnes. Ce chiffre devrait doubler. Les membres viennent tous des émirats. Il y a autant d’hommes que de femmes et plus de 5 milliards de dollars ont déjà été investis.

Salem Humaid AlMarri : « Cette région a besoin de nouvelles positives telles que cette mission. Elle enthousiasme la jeunesse. Elle montre que des Arabes et des Musulmans peuvent travailler sur des projets innovants, intéressants et qui peuvent contribuer aux connaissances générales en science et en technologie. Cette mission est un don des Emirats Arabes Unis au monde entier. »

Une mission scientifique donc mais aussi une mission de communication interne plus particulièrement à destination des nouvelles générations. Tout comme l’avait fait en son temps le programme Appolo.

Rita Del Prete, Euronews : « L’agence spatiale des Emirats Arabes Unis est très jeune. La moitié de ses ingénieurs n’a pas plus de 40 ans. Le fait d’envoyer une sonde en orbite martienne va permettre aux Emirats de rejoindre le club des quelques pays qui veulent atteindre la planète rouge.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Première étude globale des plantes

science

Première étude globale des plantes