DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand la flexibilité du travail engendre plus de travailleurs pauvres...

Sophie Claudet : L’Allemagne n’est pas le seul pays européen à appliquer la flexibilté sur le marché du travail.

Vous lisez:

Quand la flexibilité du travail engendre plus de travailleurs pauvres...

Taille du texte Aa Aa

Sophie Claudet : L’Allemagne n’est pas le seul pays européen à appliquer la flexibilté sur le marché du travail. Quels autres pays d’Europe sont concernés ?

Point of view

L'Allemagne vient d'introduire un salaire minimum pour répondre précisément à la question du travail temporaire et précaire.

Monika Queissler Cheffe de la division des politiques sociales à l'OCDE.

Monika Queisser : Plusieurs pays européens ont en effet réformé leurs marché du travail en adoptant plus de flexibilté. L’Italie par exemple a fait adopter le Job Act, qui essaie de rendre plus facile l’accès au marché du travail. Aujourd’hui aussi en France, la flexibilité sur le marché du travail est à l‘étude et des réformes sont en cours. La plupart de ces pays essaient de rendre l’accès au marché du travail plus facile et plus fluides aux inactifs de longue date et d’inciter les employeurs à recruter plus facilement.

Sophie Claudet : Mais nous avons vu que souvent cela se traduit par l’apparition d’une nouvelle catégorie de travailleurs pauvres…

Monika Queisser : Il y a en effet un risque que le nombre de travailleurs pauvres augmente en fonction de la façon dont les politiques sont mises en oeuvre. Et nous avons vu qu’en Allemagne, par exemple, les mini-jobs à contrats précaires et la flexilibité sur le marché du travail ont conduit à une situation qui a créé beaucoup de travailleurs pauvres. C’est le deuxième endroit au monde où il y la plus forte proportion de bas salaires dans l’OCDE après les Etats-Unis. Les gouvernements doivent être attentifs à réglementer la qualité des emplois et à s’assurer que les gens sont bien payés, à que qu’il y ait des salaires minimum adaptés. L’Allemagne vient d’aillleurs récemment d’introduire un salaire minimum pour répondre précisément à la question du travail temporaire et précaire.