DERNIERE MINUTE

Vers la fin des incendies en France

Dans le sud-est de la France, la plupart des feux de forêt sont en passe d'être maîtrisés, trois suspects arrêtés.

Vous lisez:

Vers la fin des incendies en France

Taille du texte Aa Aa

Dans le sud-est de la France et en Haute-Corse, la plupart des feux de forêt sont en passe d‘être maîtrisés. Fixés her soir, quelques fumerolles restaient à éteindre dans le secteur de Bormes-les-Mimosas. Une “reprise importante” de feu s’est toutefois manifestée hier soir à Artigues. Au total, plus de 7 200 hectares de végétation ont brûlé en quatre jours.

10 000 personnes avaient été évacuées, elles ont été autorisées petit à petit à rentrer :

On a toujours peur avec les fumées, que ça revienne, donc on est content de pouvoir retourner au village vacances, mais on a aussi envie de rentrer dans notre vraie maison.

Les touristes ont passé 48 heures dans des salles municipales, comme ce gymnase, et tout a été fait pour adoucir l’expérience traumatisante :

On a été pris encharge par la protection civile, on a manqué de rien, à boire, à manger, les enfants avaient de quoi jouer. On a manqué de rien, on avait des petites trousses de toilettes pour se laver, des serviettes, y’a eu une solidarité au niveau des artisans qui habitent dans les alentours, qui ont fourni des pizzas, des fruits. C’est une chaîne de solidarité qui fait chaud au coeur.

Et les pompiers restent mobilisés sur tous les fronts pour assurer le retour en toute sécurité des personnes évacuées.

Les autorités françaises continuent d’enquêter sur les origines de départ de feux de cette semaine. Compte tenu des désastres écologiques et matériels qu’il engendre, sans parler de pertes humaines éventuelles, un incendie est passible de 2 à 3 ans de prison et de 30 000 à 45 000 euros d’amende.

Ce matin, on a appris que trois hommes allaient être présentés à un juge en vue d’une mise en examen dans l’enquête sur des incendies destructeurs dans les Bouches-du-Rhône.

La justice soupçonne deux jeunes de 16 et 17 ans d‘être à l’origine d’un incendie à Carro (163 hectares brûlés), et pourraient les mettre en examen pour “destruction volontaire par incendie”. Dans le cas d’un incendie volontaire de bois et forêts, les prévenus sont passibles d’une peine allant de 15 ans de réclusion criminelle à perpétuité, et de 150 000 à 200 000 euros d’amende.

Le troisième homme, un homme de 42 ans, est soupçonné d’avoir causé un feu à Peynier (100 ha) et pourrait être mis en examen pour “destruction involontaire de bois ou forêt”.