DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Doha sous la pression du Quartet arabe


Bahreïn

Doha sous la pression du Quartet arabe

La coalition des pays arabes anti-Doha maintient ses sanctions à l’encontre du Qatar et réitère les conditions qu’elle pose à l‘émirat gazier.

C’est ce qu’ont décidé les ministres des Affaires étrangères égyptien, émirati, saoudien et bahreïni à l’issue d’une réunion à Manama, la capitale du Bahreïn.

Khalid Al-Khalifa, ministre des Affaire étrangère bahreïni : “Les quatre pays sont prêts à dialoguer avec le Qatar, à la condition que le Qatar annonce son renoncement à soutenir le terrorisme, l’extrémisme, la propagation des discours de haine, les interférences dans les affaires intérieures ainsi que les treize conditions qui garantissent la paix et la sécurité”.

Le Quartet demande également au Qatar qu’il révise ses relations avec l’Iran

L’Iran chiite est le rival de l’Arabie Saoudite sunnite et Ryad voit d’un mauvais œil la proximité entre Doha et Téhéran.

Abdel Al-Jubeir, ministre des Affaires étrangères de l’Arabie Saoudite : “Tout pays qui traite avec l’Iran devra faire face à des conséquences négatives. Les Iraniens sont responsables de destructions, de corruption et de meurtres ; aucun pays n’a tiré bénéfice d’une coopération avec l’Iran. Si nos frères du Qatar pensent le contraire, il font une une érreur d‘évaluation.”

Le 5 juin dernier, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Émirats arabes unis ont rompu leurs relations avec le Qatar et imposent depuis à Doha des sanctions économiques.

Doha refuse de se plier aux exigences du Quartet et notamment de fermer la chaîne de télévision Al-Jazeera et une base militaire turque sur son territoire.