DERNIERE MINUTE

65 ans à suivre la reine, le prince Philip mérite sa retraite

Vous lisez:

65 ans à suivre la reine, le prince Philip mérite sa retraite

Taille du texte Aa Aa

65 ans durant en seconde position. 65 ans durant à deux pas derrière son épouse. 65 ans sans pouvoir exprimer sa fougue en public, sans pouvoir partager ses blagues caustiques, en faisant toujours très attention à son tempérament de gaffeur, et malgré tout en faisant au mauvais moment des remarques de mauvais goût…

Ah, il l’aura bien méritée, sa retraite, le mari de la reine d’Angleterre ! Elle, c’est Elizabeth II bien sûr, mais lui (on retient moins son prénom et son titre), c’est le prince Philip, duc d’Edimbourg. En plus, il a 96 ans, cinq ans de plus qu’Elizabeth qui a encore bon pied, bon oeil et l’a emmené partout dans le monde.


Sa 22 219ème cérémonie et puis s'en va

Le prince Philip a également de l’endurance car il est l’homme de tous les records, en premier lieu de longévité des conjoints de la royauté britannique. En 2009, il a doublé la reine Charlotte, qui était restée aux côtés de George III pendant 57 ans.
Ses autres performances, selon les comptes officiels du palais de Buckingham, sont :

- 637 visites à l‘étranger pour accompagner Elizabeth II

- 22 218 cérémonies présidées

- 5 500 discours prononcés

- 785 organisations parrainées ou soutenues dans le monde


La dernière cérémonie officielle du duc d’Edimbourg, ce mercredi, lui a rappelé sa jeunesse. Il a assisté à une parade de la Royal Navy, dans laquelle il a servi au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ce fut un déchirement de la quitter, alors qu’il pensait y faire carrière, un sacrifice de suivre son épouse quand elle dut monter précipitamment sur le trône à la mort de son père, George VI, en 1952.


Des gaffes en veux-tu, en voilà

Mais le prince, né Philip de Grèce et du Danemark, en avait vu d’autres dans son enfance chaotique… Sa mère lui avait donné naissance sur une table de cuisine (vous avez bien lu) sur l‘île grecque de Corfou. Puis fin 1922, à 1 an et demi, il avait été évacué dans un simple carton d’oranges à bord d’un navire britannique; son oncle, le roi de Grèce Constantin 1er, avait été obligé d’abdiquer.

Toute une vie résumée en timbres, émis par la poste anglaise ce 2 août 2017 :


C’est peut-être pour cela qu’il prend la vie de cour trop à la légère, sans tenir assez compte du “royalement correct”. Le prince consort est aussi le roi des gaffes. Parmi d’autres, lors d’une visite officielle en Australie, il avait notamment demandé à un aborigène : “Vous vous battez toujours à coups de lances ?”. A un jeune garçon qui lui confiait en public vouloir devenir astronaute, le prince Philip avait fait remarquer : “Tu es trop gros !”.


La plupart des Britanniques ne lui en tiennent pas trop rigueur. Ce qui compte pour eux, c’est que leur chère reine Elizabeth II dise de lui “C’est mon roc !”. Philip lui rend bien en affirmant régulièrement “Mon premier, second et ultime emploi est de ne jamais laisser tomber la reine”.

La vie du prince Philip en images, racontée par l’agence de presse anglaise Press Association :