DERNIERE MINUTE

La "tourismophobie" se propage en Espagne

"Touriste, rentre chez-toi". C'est le genre de graffiti qu'on peut voir en Espagne.

Vous lisez:

La "tourismophobie" se propage en Espagne

Taille du texte Aa Aa

“Touriste, rentre chez-toi”. C’est le genre de graffiti qu’on peut voir en Espagne. Des groupes indépendantistes ou d’extrême gauche multiplient les actions contre les vacanciers cet été et encouragent les Espagnols à s’opposer au tourisme de masse.

Des groupes organisés ont arrosé de confettis des vacanciers en terrasse, fait scandale dans un restaurant touristique ou encore tagué un bus d’une agence de voyage, avant de publier leurs actions sur internet.

A Bilbao au Pays Basque, un graffiti appelle à une grande marche “contre le tourisme invasif” à Guernica le 17 août.

En Catalogne, destination préférée des estivaux, des manifestants se sont rassemblés sur la plage pour dénoncer la flambée des loyers, la pollution et les incivilités dans leur quartier. “Mon appartement n’est pas ton appartement“, pouvait-on voir écrit – en français – sur les pancartes.

Nous ne sommes pas contre les touristes. Ceux qui viennent ici pour découvrir notre culture, qui restent à l’hotel, c’est parfait. Mais ceux qui louent des appartements dans nos immeubles et qui viennent nous déranger, qu’ils rentrent chez eux parce qu’on ne veut pas d’eux“, assure Ester Jonquera, une habitante du quartier de Barcelonetta.

L’Espagne a accueilli plus de 75 millions de vacanciers l’an dernier. Le secteur du tourisme représente environ 12 % de l’activité économique.