DERNIERE MINUTE

Deuil et détresse à Freetown

Des coulées de boue ont fait plus de 300 morts lundi matin. La Sierra Leone lance un appel à l'aide.

Vous lisez:

Deuil et détresse à Freetown

Taille du texte Aa Aa

Freetown s’est arrêtée à midi, ce mercredi. Une minute de silence a été tenue en hommage aux centaines d’habitants de la capitale de la Sierra Leone qui ont péri dans des coulées de boue lundi matin.

Le bilan est officiellement de 312 morts dont une centaine d’enfants. Mais il devrait s’alourdir. La morgue centrale de la ville parle déjà de 400 morts. Des centaines de personnes sont toujours portées disparues.

Malheureusement la phase de secours va s’arrêter, car l’espoir de retrouver de nouveaux survivants diminue. Mais évidemment, retrouver les corps de ceux qui sont décédés dans le glissement de terrain reste une priorité, tout comme l’aide aux survivants et l’aide à la communauté“, précise Sunil Saigal, le coorfinateur résident de l’ONU pour la Sierra Leone.


Lundi peu avant le lever du jour, des torrents boueux ont dévalé les collines et englouti plusieurs bidonvilles de la banlieue de Freetown.

Sayo Jalloh a perdu dix-sept membres de sa famille, dont son fils et son frère. “Vous voyez où se trouve le tracteur? Mon fils est là, sous la boue. Il venait de passer son baccalauréat“, dit en pleurant la survivante en pointant du doigt un terrain recouvert de terre. “Au moment où je prononce ces mots, je n’arrive même pas regarder cet endroit“.

Quarante-huit heures après la catastrophe, l’aide internationale arrive : en nourriture, en eau, en équipements sanitaires et médicaux. Des épidémies sont à craindre.

Le pays a lancé un appel au secours : plusieurs milliers de personnes sont sans domicile, en pleine saison des pluies.