DERNIERE MINUTE

Elections générales en Angola

Ce mercredi, l'Angola va élire le successeur du président José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 38 ans.

Vous lisez:

Elections générales en Angola

Taille du texte Aa Aa

Ce mercredi, l’Angola va élire le successeur du président José Eduardo dos Santos à la tête du pays depuis 38 ans.

L’homme est arrivé au pouvoir à la mort du président Neto, en 1979, et règne depuis sans partage sur l’Angola, dont il contrôle toutes les institutions. Son parti, le MPLA, dispose d’une majorité absolue de députés.
Et les manifestations sont souvent interdites et réprimées par la police, le plus souvent dans la violence.

Le président dos Santos est critiqué par ses adversaires pour avoir mis l’Etat et l‘économie en coupe réglée, notamment en offrant à sa famille et à ses proches la direction de nombreuses entreprises.

En 2013, il a fait nommer son fils José Filomeno à la tête du fonds souverain du pays. Et en 2016, sa fille aînée, Isabel, considérée comme la femme la plus riche d’Afrique par le magazine Forbes, a été nommée à la tête de la compagnie pétrolière publique Sonangol, avant de s’emparer un an plus tard de la principale banque du pays, la BFA (Banco de Fomento Angola).

L’Angola est, avec le Nigeria, un des deux principaux pays producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne et tire la majorité de ses ressources de l’exploitation des hydrocarbures. Grâce à son or noir, le pays a lancé une vaste politique de reconstruction des infrastructures.

Le boom pétrolier a fait de Luanda une des capitales les plus chères de la planète. Mais en dépit de la construction de routes ou d’hôpitaux, sa croissance n’a que peu profité à la population, une des plus pauvres du monde. La chute des cours du brut en 2014 a plongé le pays dans une sévère crise économique.

Pour succéder à l’actuel président, celui qui fait figure de favori s’appelle João Lourenço. Cet ancien ministre de la défense est le candidat du parti au pouvoir. Il a promis mardi d‘être, en cas de victoire, l’artisan d’un “miracle économique” dans son pays.

Ma mission sera de relancer l‘économie de notre pays. Si j’y parviens, j’aimerais être reconnu dans l’histoire comme l’homme du miracle économique en Angola“, a déclaré M. Lourenço dans un entretien accordé aux médias étrangers à la veille du scrutin.

Les deux principaux partis d’opposition, l’Unita (Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola) et la Casa-CE, ont dénoncé les conditions inégales de la campagne électorale, accusant le MPLA d’avoir utilisé les moyens de l’Etat et d’accaparer les médias. Tous deux présentent un candidat : Isaias Samakuva (Unita) et Abel Chivukuvuku (la Casa-CE).

Avec agence (AFP)