DERNIERE MINUTE

La coordination policière en question après les attentats en Espagne

Vous lisez:

La coordination policière en question après les attentats en Espagne

Taille du texte Aa Aa

Le renseignement catalan visé par les critiques, une semaine après les attentats qui ont endeuillé l’Espagne.
Un policier belge aurait alerté un homologue de la région autonome espagnole au sujet de l’imam de Ripoll, venu séjourner à Villvoorde, une ville considérée comme un foyer de l’islam radical.


Abdelbaki Es Satty est soupçonné d’avoir endoctriné les auteurs des attaques qui ont coûté la vie à 15 personnes, sur les Ramblas de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils. Un quotidien espagnol rapporte que son nom serait déjà apparu dans l’enquête sur les attentats de Madrid en 2004.
Des attaques qui auraient dû être d’une rare ampleur. Plus de 120 bonbonnes de gaz ont été retrouvées dans la maison d’Alcanar, lieu de préparation des explosifs.


Sur la douzaine de membres que comptait la cellule djihadiste mise en cause, quatre sont toujours en vie.
Ce jeudi, un suspect a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire, après quatre jours de garde à vue. Salh El Karib, un Marocain âgé de 34 ans qui tenait une boutique d’appels téléphoniques à Ripoll.
Auparavant, Mohammed Aalla avait aussi été relâché et placé en résidence surveillée, faute de charges suffisantes. Les deux autres membres présumés du groupuscule ont été inculpés mardi dernier pour assassinats terroristes.