DERNIERE MINUTE

Rohingyas : les naufrages de l'exil

Vous lisez:

Rohingyas : les naufrages de l'exil

Taille du texte Aa Aa

Ce jeudi, les corps de 26 Rohingyas ont été retrouvés sur les côtes du Bangladesh. Les trois bateaux qui les transportaient ont chaviré, alors qu’ils tentaient de fuir les persécutions dont ils font l’objet au Myanmar.
Les dépouilles de onze femmes et quinze enfants ont été découvertes par des villageois de l‘île de Shah Porir Dwip, près de l’estuaire de la rivière Naf qui sépare les deux pays, mais d’autres personnes pourraient être portées disparues.
Cette minorité musulmane, marginalisée et rendue apatride par la junte militaire il y a une trentaine d’années, est considérée comme l’une des plus persécutées au monde par l’ONU. Mais la lauréate du prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi , qui a accédé au pouvoir, garde le silence sur ce dossier.

“Les Bouddhistes nous tuent en nous tirant dessus”, explique Noor Symon, une jeune femme rohingya. “Ils brûlent nos maisons et essaient de nous abattre, ils ont tué par balle mon mari”.


En moins d’une semaine, près de 30 000 Rohingyas ont rejoint à pied ou par la mer au Bangladesh, qui bloque désormais ses frontières. Plus de 20 000 autres sont bloqués dans des camps de déplacés dans l’Arakan, au nord-ouest du Myanmar, privés d’accès aux soins et de nourriture.


Pris pour cible par des bouddhistes ultraradicaux , ils subissent un regain de violences depuis cinq ans. Après le soulèvement de groupes de civils contre les forces de l’ordre, l’armée birmane durcit le ton, et dit mener des opérations anti-terroristes.