DERNIERE MINUTE

Brexit : la facture de la discorde

Vous lisez:

Brexit : la facture de la discorde

Taille du texte Aa Aa

La question de la ‘facture du Brexit’, sujet de discorde entre Londres et Bruxelles.
Depuis Tokyo, où il accompagne Theresa May, le ministre britannique du Commerce, Liam Fox, a regretté l’insistance de l’Union européenne à régler la question de “l’exit bill”, plutôt que d’avancer sur les négociations commerciales.

“J’ai discuté avec des acteurs commerciaux à travers l’Europe, en Allemagne, en Espagne, qui m’ont dit, est ce qu’on peut mettre davantage de pression sur la Commission européenne pour avoir une idée de ce à quoi on doit s’attendre parce qu’on a besoin de maintennir un environnement commercial ouvert et libéral. Introduire des obstacles sur le commerce ou les investissements qui n’existent pas aujourd’hui enverrait un signal que l’Europe n’est plus ouverte au commerce”, a-t-il déclaré.

Le maire de Londres, Sadiq khan, pourfendeur du Brexit a toujours défendu l’accès au marché unique européen.
“Avant les élections législatives, la proposition de la Première ministre, Theresa May, était un Brexit très dur. Pas d’accès au marché unique, pas d’union douan ière. Les citoyens britanniques n’ont pas voulu de ça”.

Le troisième round de tractations s’est achevé jeudi à Bruxelles dans une ambiance tendue, sans percée significative.

Bruxelles maintient que la question des relations commerciales futures de Londres avec le bloc européen n’est pas la priorité qu’il faut avancer sur d’autres sujets avant d’envisager ce sujet-là.
Reste maintenant à trouver un terrain d’entente avant le divorce officiel, fin mars 2019.

Pour aller plus loin sur le sujet de l’exit bill