DERNIERE MINUTE

En Sierra Leone, des camps pour les réfugiés

Deux semaines après les coulées de boues meurtrières à Freetown, de nouveaux camps ont été dressés

Vous lisez:

En Sierra Leone, des camps pour les réfugiés

Taille du texte Aa Aa

Deux semaines après les coulées de boues qui ont coûté la vie à des centaines de personnes à Freetown, la capitale de la Sierra Leone, les autorités ont dressé des camps dans deux quartiers de cette ville surpeuplée pour accueillir les sinistrés dont le logement a été détruit. Une cinquantaine de familles ont pour l’heure été relogées.

“Dans le premier camp, nous étions beaucoup trop nombreux dans une pièce, explique Mateyneh Kil, une mère de famille. Mais heureusement, on a nous a transférés ici. On mange à heure fixe alors que dans l’autre camp il fallait se battre pour la nourriture, il n’y avait pas grand chose. Grâce à Dieu, le gouvernement nous a déplacés dans ce nouveau camp.”

Dans la nuit du 13 au 14 août, les terres de collines surplombeant des habitations – gorgées d’eau par des pluies torrentielles – s‘étaient effondrées, piégant les résidents en contrebas dans leur sommeil. Si plus de 500 corps ont été retrouvés, dont une partie au large de la Guinée voisine, des centaines d’autres seraient toujours ensevelis.