DERNIERE MINUTE

Comment sont nommés les ouragans

Des conséquences du sexisme : les ouragans au prénom féminin font moins peur que ceux au prénom masculin... et font donc plus de morts.

Vous lisez:

Comment sont nommés les ouragans

Taille du texte Aa Aa

Le troisième phénomène cyclonique de la saison en Atlantique à atteindre le stade d’ouragan, Harvey, a causé la mort de 51 personnes et le montant de ses dégâts pourraient s‘élever à 190 millions de dollars.

Il est probable que le nom Harvey reste associé au chaos et la dévastation tout comme Katrina, Hugo, Sandy et Rita avant lui.

Eviter la confusion

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) constitue des listes de noms officiels pour les cyclones tropicaux dans dix régions météorologiques dans le monde comme la région “mer des Caraïbes, Golf de Mexico et Atlantique Nord”, “sud-ouest Océan Indien“ou encore “nord-est Pacifique”.

Cinq organismes régionaux soumettent une liste pour leur secteur chaque année. Les noms choisis y sont classés par ordre alphabétique.

Ces noms doivent être familiers et refléter la culture locale, comme par exemple Freddy, Sean ou Iggy en Australie ou Bakung ou Flamboyan pour Jakarta. Le but est de faire en sorte que la communication reste aisée en période de crise.

Avant que ne soit instauré un système annuel de nomenclature des cyclones, les météorologues suivaient les ouragans au fur et à mesure de leur arrivée. Ils utilisaient d’anciennes et laborieuses méthodes d’identification. Ils avaient, par exemple, recours à la position géographique, ce qui pouvait donner “l’ouragan 12.8°N de latitude et 54.7°O de longitude”. Cela prêtait aisément à confusion, notamment lorsque plusieurs cyclones se développaient en même temps.

L’OMM a constaté que donner des noms courts et distincts aux ouragans permettait d‘être plus rapide et générait moins d’erreurs.

Comment l’OMM choisit-elle les noms ?

L’organisation intergouvernemental signale que les noms ne font référence à aucune personne en particulier mais cela n’a pas toujours été le cas. Au début du XXè siècle, les météorologues, s’amusaient à prendre les prénoms de leur femme, leurs sœurs ou leur ex-petite amie.

A l’origine, les listes de l’OMM ne contenaient que des prénoms féminins. Les prénoms masculins ont été introduits à partir de 1979. Désormais, afin d‘éviter tout discrimination de genre, les listes alternent prénoms masculins et féminins.

Pourquoi les ouragans “féminins” sont plus meurtriers que les ouragans “masculins”

Une étude publiée par l’Académie américaine des sciences l’année dernière tend à montrer que les ouragans au prénom féminin font significativement plus de victimes. L‘étude l’explique par le fait “qu’un prénom féminin induirait une perception plus faible du danger et, par conséquent une préparation moins grande des populations”.

Les données historiques corroborent ces constatations, mais les chercheurs ont aussi testé cette hypothèse avec des ouragans fictifs. Ils sont arrivés à la conclusion que modifier le nom d’un ouragan sévère de ‘Charley’ en ‘Eloise’ pourrait tripler le nombre de morts.

Lors d’un autre test, les participants à l‘étude se sont vu présenter le même ouragan nommé soit ‘Alexander’ soit ‘Alexandra’. Résultat : ‘Alexander’ a été, de manière constante, considéré comme plus dangereux par les personnes interrogées.

Les ouragans “féminins” sont donc souvent sous-estimés, vus comme étant moins capables de destructions d’importance. L‘étude ne sous-entend par que les ouragans “féminins” rassurent les populations mais plutôt que les ouragans “masculins” font peur alors que les “consœurs” le font moins.