DERNIERE MINUTE

Maria Valentina, une soeur qui rappe pour le pape

Vous lisez:

Maria Valentina, une soeur qui rappe pour le pape

Taille du texte Aa Aa

C’est une rappeuse comme on en trouve peu. Elle est latina, elle chante en s’accompagnant d’un ukulélé, elle a aussi joué du rock, mais elle porte un voile… un voile de bonne soeur ! En effet, Maria Valentina de los Angeles, une Colombienne de 28 ans originaire de la capitale, Bogota, appartient à une communauté religieuse, et elle est fière de chanter bientôt pour le pape.

Vidéo sur les préparatifs musicaux, avec soeur Maria Valentina :

La jeune femme a d’abord gagné un concours musical à la télévision colombienne, ce qui l’a fait connaître. Elle a pu ainsi intégrer le groupe d’une vingtaine de personnes qui va animer le voyage du pape François en Colombie, du 6 au 10 septembre. La chanson phare s’appelle “Demos el primer paso” (“Faisons le premier pas”).

Clip du groupe colombien Musiciens Catholiques Unis :

Une bonne soeur qui aime la contestation

Soeur Maria Valentina, petite au visage rond, remplie d‘énergie, explique qu’elle aime la contestation exprimée par le rap, et aussi que cette musique “reste facilement dans la tête”. Bon, comme paroles contestataires, on a trouvé plus dur.
Voici la traduction du début de “Demos el primer paso” : “La Colombie te reçoit à bras ouverts / d’une seule voix, nous t’exprimons notre joie / béni soit Dieu, qui dans sa sagesse, t’a amené sur nos terres pour être notre guide”.


Maria Valentina dit être allée vers Dieu pour le remercier de sa guérison. Enfant, elle était atteinte de stéatose hépatique non alcoolique, une maladie du foie encore mal connue. Elle devait absolument être greffée passée sa majorité, mais à 16 ans, toute trace de la maladie avait disparu. A 17 ans, elle entrait dans les ordres.


Son voeu va être exaucé

La religieuse colombienne va maintenant aller vers le souverain pontife. Elle estime que le pape François va aimer la chanson moitié pop-moitié rap qui lui est dédiée car lui-même apprécie la revendication. N’a-t-il pas demandé aux jeunes, récemment, de “faire des vagues” ?