DERNIERE MINUTE

Élections allemandes 360° : de l'agriculture à l'éolien

Immersion à 360° dans une région agricole du nord de l'Allemagne où d'anciens agriculteurs misent sur les énergies renouvelables par dépit.

Vous lisez:

Élections allemandes 360° : de l'agriculture à l'éolien

Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre de notre série de vidéos à 360° sur les élections législatives allemandes prévues le 24 septembre, nous évoquons le sort d’anciens agriculteurs installés dans le nord de l’Allemagne, dans le Land de Schleswig-Holstein. Ils nous livrent leurs attentes quant au prochain scrutin, mais aussi leurs désillusions sur le monde agricole et la transition énergétique.

Les Jensen ont dû renoncer à leur activité en raison des prix bas du lait. Ose Jensen, 55 ans, raconte à Tobias Fligge, journaliste du quotidien “Schleswig-Holsteinischer Zeitungsverlag” pour euronews : “On travaillait 364 jours par an pour rien. Je constate que les activités changent dans les villages : il y en a où à peine, un producteur laitier sur dix est toujours là au bout de deux ans d’activité, déplore-t-elle avant de lancer à quelques semaines des législatives : Je crois que les responsables politiques doivent s’occuper de cela en lançant des programmes de financement très concrets.”

Pour rebondir, la famille s’est lancée comme bon nombre de ses voisins, dans les énergies renouvelables : le solaire, le biogaz et l‘éolien. La production de cette dernière source d‘énergie s’est développée à vitesse grand V dans ce Land qui est aujourd’hui, le deuxième producteur d‘énergie éolienne du pays. Le secteur emploie plus de 12.000 personnes. “De manière générale, la transition énergétique se traduit par des revenus plus élevés dans les régions rurales et elle crée de l’emploi, mais aussi de l’innovation et des visions novatrices,” reconnaît Ose Jensen.

Mais des problèmes cruciaux restent à résoudre, notamment celui de l’acheminement de l‘électricité qui s’avère insuffisant d’après Ose Jensen. “La première chose à faire, c’est de s’occuper du transport de l‘électricité, de tout l’acheminement, dit-elle avant d’ajouter : Aujourd’hui, il n’y a pas assez de lignes électriques performantes pour amener le courant plus loin, là où on en a besoin.”

Par ailleurs, l’ancienne agricultrice évoque un autre problème : “L’usage de l‘électricité – directement sur les sites où elle est produite – reste limité. (…) Ce serait vraiment génial, estime-t-elle, si on avait des bornes de charge pour les voitures électriques dans notre village ou si on pouvait directement utiliser l‘électricité que nous produisons.”