DERNIERE MINUTE

Norvège : des législatives à suspense

La Première ministre sortante et le chef de l'opposition travailliste sont au coude à coude

Vous lisez:

Norvège : des législatives à suspense

Taille du texte Aa Aa

C’est l’heure du choix pour les Norvégiens. Etiqueté pays le plus heureux au monde par les Nations Unies, la Norvège vote pour renouveler son parlement et choisir son prochain dirigeant. La première ministre sortante, la conservatrice Erna Solberg, espère rempiler pour quatre ans. Alliée à une formation populiste, elle met en avant sa gestion de la crise des migrants et de celle de l’effondrement des prix du pétrole, dont le pays est très dépendant. Populaire, elle n’en est pas moins talonnée de très près par le chef de l’opposition travailliste. Jonas Gahr Stoere promet de relever les impôts des plus riches pour préserver l’Etat-providence cher aux Norvégiens. Mais son statut de multimillionaire lui vaut la défiance d’une partie de l‘électorat.

Dans ce pays prospère, doté d’un fonds souverain de près de 1.000 milliards de dollars, les électeurs semblent surtout soucieux de vivre-ensemble et de cohérence à long-terme.

“Il semble que le gouvernement sortant ait fait du bon travail mais bien sûr, on peut mieux faire, c’est toujours le cas, confie une habitante d’Oslo. J’espère simplement que les vainqueurs se concentreront sur ce qui est important pour la Norvège.”

“Les gens sont souvent en désaccord ces derniers temps, pas seulement en Norvège, dit un jeune homme. Nous vivons dans un monde polarisé, une société polarisée, et je pense que le défi pour le prochain gouvernement sera de rassembler les gens, d’atténuer les différences et de nous rapprocher les uns des autres.”

Cette élection à suspense fait en tout cas la part belle à divers petits partis qui pourraient bien se poser en arbitres si le résultat s’avère très serré.