DERNIERE MINUTE

Ligue des champions : Madrid facile, Monaco accroché

L'équipe de Zinédine Zidane s'installe en tête du groupe H et chasse quelques doutes après deux matches nuls consécutifs en Liga. Monaco ramène un point mérité de Leipzig.

Vous lisez:

Ligue des champions : Madrid facile, Monaco accroché

Taille du texte Aa Aa

Le Real Madrid démarre bien, Ronaldo redémarre fort

Cristiano Ronaldo avait les crocs : l’attaquant du Real Madrid, suspendu en Liga, s’est régalé mercredi en Ligue des champions contre l’Apoel Nicosie (3-0), signant un doublé pour offrir de bons débuts européens aux doubles tenants du titre.

Au stade Santiago-Bernabeu, Ronaldo a marqué d’un tir croisé à angle fermé (12e) puis sur penalty (51e), après avoir aussi trouvé la transversale adverse (46e). Sergio Ramos a alourdi le score d’un joli ciseau dos au but (61e).

Ce succès logique et sans frayeur permet à l‘équipe de Zinédine Zidane de s’installer en tête du groupe H et de chasser quelques doutes après deux matches nuls consécutifs en Liga. Et le seul point noir a été la sortie sur blessure du Croate Mateo Kovacic (25e).

Monaco ramène un point mérité de Leipzig

Un match prudent, rigoureux, et un point ramené de Leipzig (1-1). Il n’en faut peut-être pas plus en ce début de saison pour faire le bonheur de Monaco, bien différent de la flamboyante équipe demi-finaliste la saison dernière.

L’international suédois Emil Forsberg a ouvert le score pour les vice-champions d’Allemagne (1-0, 33e), mais le jeune Belge de 20 ans Youri Tielemans a répliqué pour Monaco dans la minute suivante (1-1, 34e).

Avec sa victoire à Porto 3-1, Besiktas prend donc seul la tête de ce groupe très homogène, et tant Monaco que Leipzig devront passer la vitesse supérieure et se montrer plus entreprenants lors des matches à venir s’ils veulent faire la différence.

Leipzig, parce qu’ils découvraient la Ligue des champions, et Monaco, parce que l‘équipe est encore en chantier en ce début de saison, ont en effet pris soin de ne pas se découvrir, et ont joué sans prendre les risques qui auraient permis de faire basculer la partie.

Tottenham efface Dortmund et lève la malédiction de Wembley

La fin du mauvais sort ? Tottenham s’est enfin imposé à Wembley, lançant parfaitement sa saison européenne en battant le Borussia Dortmund (3-1) grâce à un doublé d’Harry Kane, mercredi soir lors de la 1re journée de Ligue des champions.

L’objectif était fixé par Mauricio Pochettino : partir du bon pied pour ne pas rééditer la piètre campagne continentale de la saison passée. Les “Spurs” avaient été éliminés dès la phase de groupes, dans le sillage de deux défaites à Wembley, contre Monaco et Leverkusen.

Cette année, Tottenham espère lever la malédiction qui semble toucher le club dès qu’il met les pieds dans le “Temple du football”. Les “Spurs” ont perdu huit de leur douze derniers matches à Wembley, ne parvenant pas à s’imposer encore cette année après une défaite contre Chelsea et un nul contre Burnley en Premier League.

Et, en C1, coincé dans un groupe avec les champions d’Europe en titre du Real Madrid, Tottenham n’avait pas le droit à l’erreur contre Dortmund

Après quatre minutes jeu, les leçons de la saison dernière semblait bien apprises et la fatalité enfin derrière eux. Son, au terme d’un raid solitaire sur l’aile gauche, se défaisait de Papastathopoulos pour tromper Bürki dans un angle fermé (1-0, 4).

Mais le Borussia, malgré les absences de Reus, Schürrle, Schmelzer, Guerreiro et Bartra relevait le défi anglais. Quelques minutes après l’ouverture du score, Yarmolenko, sur une action qui ne semblait mener nulle part, envoyait un bijou du gauche parfaitement dosée qui lobbait Lloris et allait se loger dans la lucarne (1-1, 11).

Manchester City asphyxie le Feyenoord à Rotterdam

Manchester City a confirmé sur la scène européenne son très bon début de saison en allant corriger le Feyenoord Rotterdam sur sa pelouse, mercredi, en 1re journée de Ligue des champions.

Lors d’une rencontre à sens unique, les champions des Pays-Bas, asphyxies par la possession de balle des Citizens, n’ont jamais inquiété leurs adversaires. Après leur carton contre Liverpool (5-0), les joueurs de Pep Guardiola ont eux encore fait parler la poudre et confirmé leur efficacité offensive, menant même par 3-0 à la 25e minute.

De quoi afficher de grosses ambitions pour une équipe qui a souvent déçu en Ligue des Champions, s’arrêtant aux huitièmes de finale lors de trois des quatre dernières éditions (une demi-finale en 2016).

Très offensifs dès le coup d’envoi, les Anglais ouvraient la marque à la 2e minute, grâce à leur défenseur John Stones, qui reprenait de la tête au point de penalty un centre de David Silva. Sur la trajectoire du ballon, le milieu de Feyenoord Tonny Vilhena ne parvenait qu‘à le ralentir entre ses jambes avant le but.

Après une autre alerte sur une tête de Gabriel Jesus, Agüero doublait la mise (10e), en reprenant facilement un centre à ras de terre de Kyle Walker, qui venait ponctuer une superbe action collective.

Le troisième but en disait long sur la physionomie du match. Après un corner renvoyé par la défense, Benjamin Mendy envoyait une lourde frappe que le gardien de Feyenoord, Bradley Jones, repoussait. Seul dans la surface, Gabriel Jesus n’avait plus qu‘à pousser le ballon dans les filets, pendant que la défense du Feyenoord, gardien compris, s’arrêtait de jouer en raison d’une position de hors-jeu sans lien avec l’action.

Au retour des vestiaires, Manchester City se contentait de maîtriser le ballon et ajoutait un quatrième but avec un doublé de Jones, qui reprenait de la tête cette fois un centre de Kevin de Bruyne (63).
Les Citizens ne pouvaient mieux entamer cette phase de poules, avant de recevoir le Shakhtor Donetsk puis d’aller à Naples.

Liverpool tenu en échec pour son retour en Ligue des champions

Après deux ans d’absence, le retour de Liverpool en Ligue des champions s’est soldé par un match nul 2-2 contre Séville, mercredi à Anfield pour la première journée.

Après leur vilaine sortie de route contre Manchester City samedi en championnat (défaite 5-0), les hommes de Jürgen Klopp, qui fêtera bientôt ses deux ans à la tête des Reds, se devaient de réagir et faire oublier ce dérapage.

Etait-ce l‘émotion des retrouvailles avec la plus prestigieuse compétition européenne ? Ou l’absence du Brésilien Philippe Coutinho sur le terrain au coup d’envoi ? Les Reds ont en tout cas manqué l’occasion de bien se lancer en C1.

Le match avait commencé de la pire des façon pour les hôtes, menés dès la 5e minute. Sur la première action de Séville, le Français Wissam Ben Yedder coupait un centre d’Escudero venu de la gauche après une défaillance collective de la défense des Reds, mais surtout un gros raté de Lovren.

Contrairement à samedi face à City, les Reds ne se sont pas effondrés et ont répliqué grâce à la vitesse de leurs attaques qui ont fait beaucoup de mal aux Sévillans. Et à la 21e minute, Firmino, qui jouait là son premier match de poule en C1, a égaliser en marquant pour l’occasion son quatrième but de la saison.

Liverpool prenait même l’avantage après la demi-heure de jeu grâce à l’Egyptien Mohamed Salah, dont le tir puissant a pris de court Rico après une déviation involontaire de Kjaer (37e). A ce moment, Liverpool semblait parti pour mettre Séville KO.

Mais la deuxième période a été beaucoup plus équilibrée et les Sévillans, redoutables d’efficacité, sont parvenus à égaliser en deuxième période sur leur deuxième tir cadré de la rencontre. Après une longue touche côté gauche, Correa parvenait à tromper Karius (72e).

Et l’entrée en jeu de Coutinho, pour sa première apparition de la saison, à un quart d’heure de la fin, n’a pas permis aux Reds d’arracher un succès.

Ils pourront sans doute se consoler grâce au résultat de l’autre match du groupe E, qui s’est également terminé sur un nul 1-1 entre le Spartak Moscou et Maribor. Mais ils pourront également regretter le penalty manqué juste avant la pause par Firmino, dont le tir a échoué sur le poteau.

Avec agence (AFP)