DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un footballeur argentin condamné pour viol, mais pas emprisonné

Vous lisez:

Un footballeur argentin condamné pour viol, mais pas emprisonné

Un footballeur argentin condamné pour viol, mais pas emprisonné
Taille du texte Aa Aa

Le défenseur du club argentin de Temperley, Alexis Zarate, a été condamné à six ans et demi de prison pour un viol commis en 2014, mais le footballeur n’a pas été incarcéré car il peut encore faire appel.

Comme rien ne l’en empêche, il pourrait être aligné par son club en Superliga, le championnat argentin de première division.

Sa victime, une étudiante de 21 ans à l‘époque, a éclaté en pleurs dans la salle d’audience. “Moi, j’ai vécu enfermée pendant trois ans alors qu’il était libre”, a-t-elle réagi, indignée que le jeune homme sorte libre du tribunal.

Joueur au moment des faits d’un des plus grands clubs d’Argentine, Independiente, Zarate, 23 ans, a été reconnu coupable d’avoir abusé de l‘étudiante, alors petite amie de son coéquipier Martin Benitez, qui joue toujours à Independiente.

L’avocate de la jeune femme, Raquel Hermida Leyenda, a dénoncé le pouvoir du monde du football sur la justice. “S’il n’a pas été emprisonné, affirme-t-elle, c’est pour qu’il puisse jouer deux ans de plus, le temps que la Cour de cassation se prononce”.

L’agression est survenue dans l’appartement de Zarate près de Buenos Aires, où la jeune femme s‘était rendue avec son fiancé. Elle dit avoir été violée par Zarate, alors qu’elle était dans un lit en compagnie de son petit ami, qui ne s’est pas réveillé malgré ses cris.

Benitez, poursuivi pour faux témoignage et obstacle à la justice, n’a toujours pas été jugé trois ans après les faits.

“La carrière de Zarate s’est terminée aujourd’hui. Aucun pays du monde n’acceptera un joueur de football condamné pour agression sexuelle”, a déclaré l’avocate de la victime.

L’avocat de Zarate, Gonzalo Falco, a annoncé qu’il faisait appel de la condamnation, et trouvait normal que son client ne soit pas en prison. “Pourquoi ne pas continuer la vie normalement ? a-t-il dit, il est convaincu qu’il n’a rien fait de mal, la relation était consentie”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.