DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Azerbaïdjan, le kebab se déguste en forêt

Vous lisez:

En Azerbaïdjan, le kebab se déguste en forêt

Taille du texte Aa Aa

Spécialité culinaire azérie, le kebab cuit entre deux plaques d'ardoise s'apprécie dans des restaurants en forêt.

Dans cette nouvelle carte postale d’Azerbaïdjan, nous vous emmenons en forêt près de Gabala, pour déguster un kebab unique cuit entre deux plaques d’ardoise.

Éléments-clé sur l’Azerbaïdjan

  • Les pays voisins de l’Azerbaïdjan sont l’Iran, l’Arménie, la Géorgie et la Russie
  • Sa superficie totale est de 86.600 km²
  • Langue principale : l’azéri ; deuxième langue la plus parlée : le russe
  • La population nationale s‘élève à plus de 9,6 millions de personnes
  • Bakou est la capitale du pays
  • L’espérance de vie y est de 68 ans pour les hommes et 74 ans pour les femmes (d’après l’ONU)
  • Principales exportations : pétrole, produits pétroliers (selon l’ONU et la Banque mondiale)

En Azerbaïdjan, l’appel du Caucase et puissant. Les montagnes invitent azéris et étrangers à profiter de la nature et parfois, à savourer des spécialités dans une ambiance pittoresque.

“Nous sommes dans la fôret de Gabala, peuplée de chataîgners, de tilleuls, de hêtres et de petits restaurants comme celui dans lequel nous nous rendons, indique notre reporter Aurora Vélez. On y vient en famille ou entre amis, déguster le traditionnel kebab à la plancha,” précise-t-elle.

Personne ne sait à quand remonte cette tradition de manger dans la forêt.

Cuisson entre deux ardoises

Pendant que les femmes préparent le pain, les hommes s’occupent de la viande. La cuisson du kebab de Gabala est tout à fait spécifique d’après le chef du restaurant, Zahir Musayef. “Cette technique vient des bergers qui cuisaient la viande entre deux “dash arasi”, des plaques d’ardoise, explique-t-il. Pour qu’elle soit bien cuite, il faut 25 minutes,” renchérit-il.

Les serveurs sillonnent la forêt pour rejoindre les convives installés dans des maisonnettes en bois ou au milieu des arbres pour encore mieux apprécier l’environnement.