DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris SG: qui va tirer les penalties? Emery va "le dire en premier aux joueurs"

Vous lisez:

Paris SG: qui va tirer les penalties? Emery va "le dire en premier aux joueurs"

Paris SG: qui va tirer les penalties? Emery va "le dire en premier aux joueurs"
Taille du texte Aa Aa

Mais qui va tirer les penalties ? “Je vais le dire en premier aux joueurs et à toute l‘équipe”, a déclaré Unaï Emery jeudi devant la presse. Mais encore ? “Les deux joueurs qui sont (désignés, ndlr) pour frapper les penalties, ce sont Cavani et Neymar”, a seulement encore lâché le coach du PSG, confronté à une guerre des ego dans son vestiaire.

Cette question du penalty, entre Cavani, tireur attitré depuis la saison dernière, et Neymar, superstar arrivée cette saison, est devenue épineuse depuis que le second a contesté au premier le droit d’en tirer un, finalement raté, dimanche face à Lyon (succès parisien 2-0). Et Emery confirme à demi-mot que le ton est monté entre les deux joueurs après ce match.

QUESTION: Qui va désormais tirer les penalties pour le Paris SG?

REPONSE: “Le penalty, c’est important, c’est une grande responsabilité de les frapper. Ici, il y a beaucoup de joueurs qui ont la capacité de prendre cette responsabilité parce qu’ils ont joué des matches importants, des grands moments et des moments décisifs parce que ce n’est pas la même chose de frapper des penalties quand il y a 3-0 ou quand il y a 0-0 ou si le match est une demi-finale ou une finale. Ici, les deux joueurs qui sont (désignés, ndlr) pour frapper les penalties, ce sont Cavani et Neymar (…) parce qu’ils sont capables d’assumer cette responsabilité. Mais d’autres joueurs peuvent les frapper, lors des entraînements nous faisons des penalties pour s’entraîner parce que quand arrive le moment décisif, on peut gagner un titre avec des penalties. C’est pour ça que nous avons besoin de plus de joueurs que deux (pour les tirer, ndlr). L’an passé, le joueur pour frapper les penalties était Cavani, cette année avec l’arrivée de Neymar ils sont deux. Après, qui est N.1, qui est N.2, j’ai à prendre cette décision.”

Q: Mais qui est le N.1 et qui est le N.2?

R: “La première chose, c’est la capacité, la responsabilité, c’est important. Qui va être le premier et le deuxième, je vais le dire en premier aux joueurs et aussi à toute l‘équipe. On va attendre le match de samedi, s’il y a un penalty. J’ai parlé avec les deux, avant et aussi pendant cette semaine, individuellement et collectivement avec les deux joueurs et avec le groupe aussi.”

Q: Qu’avez-vous pensé de l’initiative de Dani Alves, révélée par L’Equipe, d’organiser un dîner entre joueurs mercredi soir?

R: “J’aime beaucoup que les joueurs tous ensemble fassent un déjeuner, un diner. Quand arrivent de nouveaux joueurs ils veulent faire un diner, et je suis content parce que c’est bon pour tous les joueurs, d‘être ensemble pas seulement lors des entrainements, des mises au vert ou des matches mais aussi à l’extérieur d’ici, (qu’ils puissent) parler de beaucoup de choses entre eux.”

Q: Est-ce que vous confirmez la dispute racontée par L’Equipe mardi dans le vestiaire entre Neymar et Cavani?

R: “Ce sont deux joueurs très compétitifs. Ils visent le meilleur pour l‘équipe en premier lieu, puis ils ont aussi des objectifs individuels. J’insiste: il y a une bonne ambiance dans le groupe. Juste après le match, il y a un état émotionnel très fort, et il peut donc y avoir des conversations, qu’on peut appeler disputes, mais qui sont normales et qui se produisent pratiquement après tous les matches, dans un sens ou dans un autre. Mais cela ne brise pas l’harmonie, la bonne ambiance qu’il y a dans l‘équipe. Et au final, ce que nous aurons à faire, c’est chercher en permanence le bien commun, toujours dans une bonne ambiance du vestiaire”.

Propos recueillis en conférence de presse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.