DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trudeau admet à l'ONU l'échec de son pays à bien traiter les autochtones

Vous lisez:

Trudeau admet à l'ONU l'échec de son pays à bien traiter les autochtones

Trudeau admet à l'ONU l'échec de son pays à bien traiter les autochtones
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a reconnu jeudi devant l’Assemblée générale de l’ONU que son pays n’avait pas bien traité les populations autochtones mais a assuré qu’il s’employait à améliorer les choses.

“Le Canada n’est pas un pays des merveilles où les difficultés que vous connaissez n’existent pas”, a souligné Justin Trudeau. Les quelque 1,4 million d’autochtones vivant au Canada, pays souvent célébré pour sa diversité, ont pour leur majorité subi des “humiliations, des négligences et des abus”, a-t-il admis. Mais “le Canada reste un chantier en cours”, a-t-il ajouté, laissant entendre que leur situation ne pouvait que progresser.

Le terme autochtones rassemble les Amérindiens, les Inuits et Métis.

“Nous savons que le monde attend du Canada qu’il adhère strictement aux standards internationaux en matière de droits de l’Homme”, a ajouté le Premier ministre. “C’est que nous attendons de nous-même aussi”.

Justin Trudeau s’est aussi fait applaudir lorsqu’il a assuré de l’engagement “inébranlable” de son pays à soutenir les efforts mondiaux à combattre le réchauffement climatique, qui, a-t-il précisé, affecte la vie des communautés inuits dans le nord du Canada.

Ce pays reste fidèle à l’accord de Paris de 2015 visant à limiter le réchauffement de la planète, contrairement à son voisin américain qui a décidé de le quitter.

“Aucun pays sur cette planète ne peut s’affranchir de la réalité du changement climatique”, a-t-il lancé, dans une claire allusion aux Etats-Unis.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.