DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

600.000 signatures pour le maintien d'Uber à Londres

Vous lisez:

600.000 signatures pour le maintien d'Uber à Londres

600.000 signatures pour le maintien d'Uber à Londres
Taille du texte Aa Aa

Plus de 600.000 personnes avaient déjà signé dimanche la pétition lancée deux jours plus tôt sur change.org pour demander à l’autorité des Transports de Londres (TfL) de revenir sur sa décision de bannir la compagnie Uber de la capitale britannique.

TfL a décidé vendredi de ne pas renouveler la licence d’exploitation du géant des voitures avec chauffeurs privés au-delà du 30 septembre, estimant que la société basée à San Francisco (Californie) n‘était “pas apte” à en détenir une.

L’autorité a souligné que “l’approche et la conduite d’Uber ont démontré un manque de responsabilité (…) avec des conséquences potentielles pour la sûreté et la sécurité du public”.

Elle reproche à Uber son laxisme dans la dénonciation de crimes dont ses chauffeurs seraient témoins et des failles dans les contrôles des casiers judiciaires de ses conducteurs.

TfL déplore aussi l’utilisation d’un logiciel permettant aux chauffeurs d‘éviter de se faire repérer dans les zones où ils n’ont pas le droit d’opérer.

Uber, qui affirme être utilisé par 3,5 millions de Londoniens et recourir à plus de 40.000 conducteurs agréés, a dit vouloir faire appel pour suspendre la décision.

Le patron du Labour, Jeremy Corbyn, a apporté son soutien au maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, estimant samedi sur Sky News que c‘était “la bonne chose” à faire.

“Il y a clairement un problème de sûreté”, a-t-il insisté dimanche sur la BBC. Ces taxis “doivent être régulés et le public protégé”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.