DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Bangladesh impose un blackout téléphonique aux réfugiés rohingyas

Vous lisez:

Le Bangladesh impose un blackout téléphonique aux réfugiés rohingyas

Le Bangladesh impose un blackout téléphonique aux réfugiés rohingyas
Taille du texte Aa Aa

Le Bangladesh a interdit aux fournisseurs de téléphonie mobile de vendre des connexions et des forfaits aux réfugiés rohingyas, minorité musulmane apatride, en invoquant des impératifs de sécurité, ont annoncé dimanche les autorités.

Plus de 429.000 musulmans rohingyas ont fui au Bangladesh ces dernières semaines pour échapper à une campagne de répression de l’armée birmane, qualifiée d’“épuration ethnique” par l’ONU.

Les quatre fournisseurs de téléphonie mobile du Bangladesh se verront infliger des amendes s’ils accordent des forfaits et des connexions mobiles aux réfugiés.

“Pour le moment, les (Rohingyas) ne peuvent acheter de cartes SIM”, a déclaré à l’AFP Enayet Hossain, haut responsable du ministère des Télécommunications.

La ministre déléguée aux Télécoms Tarana Halim a justifié cette décision entrée en vigueur samedi soir par des raisons de sécurité.

Au Bangladesh, la vente de cartes SIM est déjà interdite aux habitants qui ne peuvent fournir des papiers d’identité afin d’entraver les capacités opérationnelles d‘éventuels réseaux islamistes.

“Nous avons pris la décision (d’accueillir les Rohingyas) pour des raisons humanitaires, mais en même temps notre propre sécurité ne doit pas être compromise”, a déclaré Mme Halim, sans autre précision sur la menace que pourrait représenter les réfugiés rohingyas.

D’après les autorités, l’interdiction sera levée une fois que les nouveaux arrivants auront reçu des papiers d’identité biométriques, un processus qui pourrait prendre six mois selon l’armée.

C’est une difficulté supplémentaires pour les Rohingygas qui fuient les violences ethniques dans l’Etat Rakhine voisin (ouest de la Birmanie) pour se retrouver à vivre dans des conditions sordides dans des camps du district de Cox’s Bazar, dans l’extrême-sud du Bangladesh.

Les centaines de milliers de réfugiés ont été dirigés par l’armée dans une poignée de bidonvilles surpeuplés près de la frontière, où ils vivent souvent à la merci des éléments.

De nombreux Rohingyas ont été empêchés de trouver refuge dans la forêt ou sur des terres agricoles par la police et les soldats, qui ont aussi reçu l’ordre de les empêcher de se réfugier dans les grandes villes et les communes avoisinantes.

Des barrages routiers ont été érigés sur les routes. D’après la police, 5.100 Rohingyas ont déjà été arrêtés à ces barrages et renvoyés dans les camps. Là, l’absence de vivres, d’eau, d’abris et de toilettes créent une situation de crise humanitaire, selon les ONG.

“Nous avons mis en place 11 postes de sécurité sur l’autoroute de Cox’s Bazar pour empêcher les Rohingyas de se répandre vers l’intérieur”, a déclaré à la presse le chef de la police de Cox’s Iqbal Hossain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.