DERNIERE MINUTE

Les Jeux Asiatiques aident les réfugiés du Soudan

Ils courent contre les préjugés.

Vous lisez:

Les Jeux Asiatiques aident les réfugiés du Soudan

Taille du texte Aa Aa

Ils courent contre les préjugés. L‘équipe des réfugiés participe pour la première fois aux Jeux asiatiques des sports en salle et des arts martiaux. Les cinq athlètes sont originaires du sud du Soudan. Désormais, ils vivent au Kenya. Les coureurs sont à Achgabat avec le soutien du Comité Internationale Olympique, du Comité Olympique Asiatique et de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.
Cette équipe est entraînée par la légendaire fondeuse kenyane Tegla Loroupe. Elle détient les records du monde du 20, du 25 et du 30km.

“Il n’y a rien d’impossible pour ce peuple. Et le sport est une clé pour aider quelqu’un qui a été traumatisé. Ce que je veux faire pour ces gens, c’est les aider à décrocher des médailles à l’avenir, qu’ils aient une meilleure vie, une meilleure éducation.
Désormais, ils sont des écoles. Je ne les fais pas simplement courir. Mais j’essaye aussi de trouver l‘équilibre entre éducation et sport”, explique Tegla Loroupe.

Tegla Loroupe a recruté ses coureurs dans un camp de réfugiés au Kenya. Ils se forment en périphérie de Nairobi. Ces athlètes sont à Achgabat pour soutenir ceux qui ont fuit leur pays pour sauver leur vie.

“Les réfugiés ne sont pas des criminels. Ce ne sont pas de mauvaises personnes. C’est la violence qui les a fait fuir. Et le sport est un exemple de paix”, assure Gai Nyang Tap.

Les athlètes sont déçus de ne pas avoir obtenu de médailles à Achgabat cette année. Mais le plus important est de faire partie de la famille du sport.

“Je me suis fait quelques amis ici. Je connais leurs noms, ils me connaissent… Mon rêve est de réussir et j’aide aussi des réfugiés dans le monde”, affirme Wiyual Puok Deng.

Le plus grand rêve de Tegla Loroupe est de voir ces athlètes rentrer chez eux, au sud du Soudan, où ils deviendront des ambassadeurs du sport et de la paix.