DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Catalogne se cherche des alliés à Bruxelles

Vous lisez:

La Catalogne se cherche des alliés à Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

A Bruxelles, la représentation catalane a beau se trouver à deux pas de la Commission, elle a bien du mal à se faire entendre. A l’approche du refendum interdit, la présidente du parlement catalan veut obtenir le soutien des institutions européennes et des Etats membres. Mais à ce jour, seules quelques régions indépendantistes se sont ralliées à la cause. La Catalogne est isolée.

“L’Europe, c’est l’Europe des Etats et les Etats se soutiennent les uns les autres”, déplore Carme Forcadell, présidente du parlement de Catalogne. “En ce moment, en Catalogne, les droits fondamentaux garantis par l’article 2 du traité de l’Union européenne sont violés par Madrid et nous dénonçons cette situation.”

Quelques euro-députés, principalement issus de la gauche et des Verts européens ont dénoncé les nombreuses arrestations et intimidations du pouvoir central envers les élus locaux.

“Evidemment c’est inacceptable les mesures qui ont été prises à l’encontre des maires, les menaces contre les élus comme la présidente du parlement”, dénonce l’euro-députée des Verts, Jill Evans.

En 2011, la Commission déroulait le tapis rouge à l’ex-président catalan. Aujourd’hui ce temps est révolu et les portes se ferment! L’exécutif européen a flairé la boîte de Pandore. Il refuse de se mêler de politique interne.

Même son de cloche au Parlement européen où la majorité des députés appelle au dialogue et au respect de la Constitution.

“Le dialogue est toujours le meilleurs moyen de se comprendre”, rappelle le président du groupe des sociaux-démocrates européens, Gianni Pittella. “Le groupe des socialistes est pour un maximum d’autonomie, pour un gouvernement autonome, mais seulement dans le cadre et le respect de la Constitution.”

Au coeur du quartier européen, les indépendantistes catalans ont manifesté leur frustration. Ils ont adressé un avertissement aux institutions. Dimanche, l’Europe devra gérer un acte de désobéissance civile dans l’un de ses Etats membre.