DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Une Catalogne indépendante serait non-existante sur la scène européenne"

Vous lisez:

"Une Catalogne indépendante serait non-existante sur la scène européenne"

Taille du texte Aa Aa

A l’approche du referendum sur l’indépendance de la Catalogne, interdit par Madrid, Euronews a interrogé un expert des conflits sécessionnistes.

- Ana Lazaro, Euronews: “Nous acueillons M. Bruno Coppieters, professeur à la VUB, l’Université flamande Libre de Bruxelles, et spécialiste dans les conflits sécessionnistes. Avec vous, nous allons analyser la situation en Catalogne en vue du referendum que les autorités catalanes ont convoqué pour le 1er octobre et que autorités de Madrid refusent d’accepter. Les autorités catalanes ont demandé a plusieurs reprises aux institutions européennes de jouer un rôle de médiation. Est-ce que les institutions européennes peuvent jouer ce rôle?”

- Bruno Coppieters: “Non, pour le dire clairement, elles ne sont pas equipées pour le faire. Les institutions européennes comme telles, dont l’Espagne est membre, ne peuvent pas jouer ce rôle de médiation car elle ne sont pas assez indépendantes. Elles sont trop dépendantes de l’Espagne.”

- Euronews: “On évoque très souvent le risque d’une contagion à d’autres régions en Europe comme la Flandres ou l’Italie du Nord. S’agit-il d’un risque réel? Peut-on s’attendre à un effet domino au lendemain du réferendum du premier octobre?”

- Bruno Coppieters: “Je ne crois pas. Il pourrait y avoir un effet domino si la stratégie des indépendantistes catalans obtenait un certain succès mais ce n’est pas vraiment ce qui est probable. Donc les autres partis indépendantistes nationalistes en Europe ont réfléchi à la question, réfléchissent à une stratégie à long terme. Et ce qu’on voit c’est qu’ils évitent une telle décision unilatérale, par peur d‘être isolés.”

- Euronews: “Justement, imaginons que le gouvernement catalan proclame l’indépendance. Est-ce qu’il y a un risque qu’elle se trouve isolée sur la scène internationale?”

- Bruno Coppieters: “Elle ne sera pas reconnue. Il n’y aura aucun Etat membre qui fera le pas pour reconnaître ce gouvernement. Il sera comme non-existant. Donc ça créera un conflit réel parce que pour une grande partie de la population catalane ce gouvernement est légitime. Alors il y aura un conflit réel, mais cet isolement fera partie du conflit.”

- Euronews: “Les catalans invoquent le droit a l’autodétermination des peuples. Comment est-ce perçu par les états?”

- Bruno Coppieters: “Plusieurs gouvernements aimeraient voir une politique de dialogue plutôt que de confrontation. Mais en principe ils défendent tous, en reconnaisant l‘état Espagnol, le cadre constitutionnel existant. Donc c’est une autre démarche que celle du gouvernement catalan qui dit que ce cadre constitutionnel a perdu sa légitimité.”

- Euronews: “Alors vous sentez que l’ensemble des Etats membres soutiennent l’Espagne même si à certains moments elle a utilisé des méthodes assez fortes?”

- Bruno Coppieters: “Ils vont essayer de ne pas devoir intervenir mais ils peuvent être forcés à devoir le faire s’il y a une instabilité en Catalogne pour des raisons de crise au niveau financier, par exemple. Donc il est vrai que les deux parties, le gouvernement espagnol et le gouvernement catalan, ne semblent plus être capables de résoudre le conflit par eux-mêmes. Ils ont besoin d´un médiateur.”

- Euronews: “L’Union européenne fait face à plusieurs crises et parmi elles le Brexit. Est-ce que vous pensez que le réferendum en Catalogne peut déstabiliser l’Union Européenne?”

- Bruno Coppieters: “Non, pas à ce point. Ca sera peut-être un élément de plus dans les difficultés que l’UE doit affronter. C’est une crise mais c’est une crise en Catalonge, en Espagne, jusqu‘à présent ce n’est pas une crise européenne.”