DERNIERE MINUTE

State of the Union: Macron et son "audace" européenne

Vous lisez:

State of the Union: Macron et son "audace" européenne

Taille du texte Aa Aa

Cette semaine, le State of the Union revient sur le résultat des élections allemandes et ses conséquences. Angela Merkel rempile pour un 4ème mandat de chancelière. Une victoire mais pas un plébicite. Avec 33% des suffrages, les chrétiens-démocrates de la dirigeante allemande chutent de 8 points et réalisent leur plus mauvais score depuis 1949.
En réalité, c’est l’ensemble du paysage politique allemand qui est transformé à l’issue de ce scrutin. La formation d’extrême droite AfD, Alternative pour l’Allemagne, fait son entrée au Bundestag en tant que 3e force politique du pays. Quant aux sociaux-démocrates du SPD, arrivés en seconde position, ils ont déjà annoncé leur refus de reconduire la grande coalition avec Angela Merkel. Les options pour former un gouvernement sont donc réduites pour la chancelière.

C’est l’un des paradoxes des élections allemandes. Au lendemain de son succès électoral, l’AfD s’est immédiatement déchiré. La coprésidente, Frauke Petry, a annoncé son départ. Tenante d’une ligne dite « modérée » au sein de la formation d’extrême droite, cette décision pourrait annoncer d’autres défections.

Ce scrutin était également très attendu par le président français. Depuis son arrivée à l’Elysée, Emmanuel Macron ne cesse de mettre en avant le couple franco-allemand pour relancer l’Union européenne. Il a d’ailleurs présenté cette semaine sa feuille de route pour l’avenir du projet européen. Dans un discours passionné il a proposé aux Etats membres de faire preuve « d’audace ». Création d’un budget propre pour la zone euro, d’une structure de défense commune ou d’un fonds monétaire européen, ne sont que quelques-unes des propositions présentées par Macron dans son discours à la tribune de la Sorbonne. Des ambitions qu’il ne pourra réaliser qu’avec l’appui d’Angela Merkel. Cette dernière a d’ailleurs avoué qu’il existait un large consensus fanco-allemand sur le futur de l’Europe. Mais comme toujours, le Diable se trouve dans les détails…