DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : le bras de fer jusqu'au bout

Des manifestations en faveur de l'unité ont eu lieu ce samedi alors que des indépendantistes continuaient d'occuper des écoles devant servir de bureaux de vote

Vous lisez:

Catalogne : le bras de fer jusqu'au bout

Taille du texte Aa Aa

Un drapeau aux couleurs de l’Espagne pour défendre l’unité du pays… A Barcelone, les opposants au référendum d’indépendance ont donné de la voix à la veille de la consultation interdite. “La Catalogne c’est l’Espagne”, peut-on dire sur des pancartes. Un slogan repris en coeur par des centaines de personnes dans la capitale catalane comme dans de nombreuses autres villes d’Espagne : Madrid, Séville ou encore Saint-Jacques de Compostelle.

Depuis vendredi, la police régionale est intervenue dans plus de la moitié des 2.300 bureaux de vote, qui ont été mis sous scellés, en clair plus personne ne doit pouvoir y entrer. La Garde civile a quant à elle coupé les connexions entre le centre de télécommunications du gouvernement catalan et les bureaux de vote et a bloqué les systèmes informatiques de comptage des voix.

Mais les indépendantistes ne désarment pas et entendent tout faire pour que le référendum ait lieu ce dimanche. Les échanges ont beau être cordiaux avec la police, ils continuent d’occuper des dizaines d‘écoles censées servir de bureaux de vote. Des familles entières s’y sont installées et défient les consignes des policiers qui leur demandent d‘évacuer les lieux avant 6 heures du matin. Le bras-de-fer, aussi pacifique soit-il, atteint à présent des sommets. Et la communauté internationale l’observe avec inquiétude.