DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Requins à la Réunion: le surfeur Florès débouté de sa plainte contre Sea Shepherd France

Vous lisez:

Requins à la Réunion: le surfeur Florès débouté de sa plainte contre Sea Shepherd France

Requins à la Réunion: le surfeur Florès débouté de sa plainte contre Sea Shepherd France
Taille du texte Aa Aa

Le surfeur Jérémy Florès a été débouté lundi par le tribunal de Dax (Landes) de sa plainte en diffamation contre le militant écologiste canadien Paul Watson et l’association Sea Shepherd France pour des propos relatifs aux attaques de requins à La Réunion.

Le surfeur professionnel de la Réunion, qui vit une partie de l’année sur la côte sud des Landes, a également été condamné à verser 1.000 euros d’indemnités à l’association de protection des océans.

En février, après une nouvelle attaque mortelle de requins, Jérémy Florès avait rendu hommage au jeune bodyboarder décédé, sur son compte Instagram. Un commentaire relayé par l’icône du surf aux 11 titres mondiaux, Kelly Slater, qui avait ajouté qu’il fallait désormais “réaliser de sérieuses captures” de requins sur l‘île, comme prôné depuis longtemps par le surfeur français.

Mais peu après, le champion américain s‘était ravisé dans un courrier adressé à Paul Watson, dans lequel il estimait que “tuer quoi que ce soit dans l’espoir d’une solution n‘était pas en ligne avec (s)a philosophie de vie”.

Dans un long éditorial intitulé “Kelly Slater n’est pas un ennemi des requins”, M. Watson avait écrit que “la cause de ces attaques fréquentes est la pêche elle-même, donc Florès et le gouvernement français sont complices des circonstances qui ont vu 20 attaques depuis 2011 dont 8 mortelles”.

Cette phrase, parmi d’autres, a provoqué la procédure en diffamation examinée le 11 septembre par le tribunal de Dax.

A l’issue du jugement, l’avocat du surfeur, Me Bertrand Defos du Rau, s’est refusé à tout commentaire, indiquant vouloir attendre de connaître les motivations du tribunal. Il a toutefois indiqué que son client irait “a priori en appel”.

De son côté, l’avocat de Sea Shepherd, Me Jean Tamalet, a salué auprès de l’AFP “une très bonne décision, sage et équilibrée qui correspond à l’application pure du droit et marque le fait que la justice semble soutenir les avis scientifiques plus que les avis polémiques”.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.