DERNIERE MINUTE

Brexit : pas de progrès tangibles selon le Parlement européen

Le Parlement européen souligne le manque de progrès des discussions sur le Brexit.

Vous lisez:

Brexit : pas de progrès tangibles selon le Parlement européen

Taille du texte Aa Aa

A une très large majorité le Parlement européen regrette le manque de progrès lors des premiers cycles de négociation sur la sortie du Royaume-Uni. La résolution, adoptée par 557 voix, demande aux 27 chefs d’Etat et de gouvernement de reporter leurs discussions sur le futur partenariat avec Londres. Une position partagée par le négociateur en chef de l’Union pour le Brexit. “Nous n’avons pas encore réalisé aujourd’hui les progrès suffisants pour entamer en toute confiance la deuxième phase de la négociation”, juge Michel Barnier.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Nous n'avons pas encore réalisé aujourd'hui les progrès suffisants pour entamer en toute confiance la deuxième phase de la négociation"

Michel Barnier Négociateur en chef de l'UE pour le Brexit


Le Parlement européen salue toutefois les précisions faites récemment par la Première ministre britannique. Mais les députés estiment qu’il faut avancer sur les dossiers prioritaires comme le règlement des obligations financières du Royaume-Uni. Le co-président des Verts au Parlement déplore la prise de conscience tardive des autorités britanniques. “Il a fallu attendre la semaine dernière pour que le gouvernement britannique accepte le fait, non pas de la facture du divorce, mais qu’il a des obligations légales qui résultent de 45 ans de participation à l’Union européenne”, explique Philippe Lamberts. L’Union évalue la facture entre 60 et 100 milliards d’euros. De son côté Londres se refuse pour le moment d’évoquer un montant. Pour le parlementaire europhobe, Nigel Farage, il s’agit tout simplement d’un chantage. “Vous nous avez traité comme des otages, à moins de payer une rançon, à moins de répondre à toutes vos demandes”, s’emporte l’ancien dirigeant du UKIP.
Les pourparlers ne devraient cependant pas faire de percée d’ici au sommet européen du 19 et 20 octobre.