DERNIERE MINUTE

Vidéo 360 : L'expérience d'un migrant à Lesbos

Vidéo réalisée par Adrien Monnoyer pour TAMIA Reality Des milliers de migrants sont arrivés sur l‘île de Lesbos ces derniers mois.

Vous lisez:

Vidéo 360 : L'expérience d'un migrant à Lesbos

Taille du texte Aa Aa

Vidéo réalisée par Adrien Monnoyer pour TAMIA Reality

Des milliers de migrants sont arrivés sur l‘île de Lesbos ces derniers mois. Voici l’expérience de l’un d’entre eux.

“ Je m’appelle Samy. J’ai négocié avec des gens-là qui font la connexion, qui font traverser les gens. J’ai payé 500 euros. Les premiers jours, on nous a pris dans des camions. On nous a fait entrer, on nous a enfermé, on était au nombre de 50. On nous a emmené dans la petite savane là. On nous a caché là-bas, on nous dit il y a la police. On ne pouvait pas traverser. On est resté là pendant des jours. On ce n’était pas préparé, il y avait même pas à manger même pas de l’eau.

On nous a arrêté, on nous a emmené au cachot.de Izmir et on est resté là pendant 10 jours. C‘était une autre réalité. Je n’ai jamais dormi en prison dans mon pays.

Donc tant de fois vous allez essayer… comme ça se passait toujours, vous entrez dans des camions et y avait même des militaires qui nous ont poursuivi, ils ont tiré des balles, je ne sais pas si (c‘était) en plastique parce que ça fessait des sons là. Ils nous ont arrêté, ils nous ont amené dans la même pris on, j’ai fait encore 8 jours. Au total j’ai fait 38 jours de prison.

Je suis rentré de prison. Le même jour, le soir le passeur m’a appelé, il m’a dit est-ce que tu peux essayer cette fois-ci ? J’avais plus de choix, j’ai essayé. Il faisait tellement froid que mes pieds se sont glacé les mains et tout, on a dormi sous les arbres. Puis on a vu des gens-là revenir, ils nous diront est-ce-que vous pouvez essayer pendant la journée. On est descendu vers l’eau, ils ont gonflé bateau ils ont mis le moteur et puis on vous dit : allez-y.

Je ne sais pas quelle distance on a parcouru mais on a fait au moins une heure 5 minutes sur l’eau. Il y avait des enfants, on était au moins 49 personnes.

On a traversé, on est arrivé en Grèce. Puis on a vu des gens venir nous accueillir, nous donner des habits parce qu’on était mouillé, des chaussures, des biscuits, de l’eau

On ne savait pas à quoi nous nous sommes exposé, par rapport à la valeur d’une vie. Je ne savais pas que je pouvais vivre ça. Aujourd’hui c’est une expérience. Je dis qu’il y a des gens qui vivent des vies qui ne sont pas normales. C’est ce que moi j’ai vécu.”