DERNIERE MINUTE

Le handisport, un espoir pour Najib

Ce réfugié syrien de 13 ans retrouve l'espoir grâce à un projet pilote grec autour du handisport.

Vous lisez:

Le handisport, un espoir pour Najib

Taille du texte Aa Aa

A la force de ses bras, guidé par une volonté farouche de réussir. Najib, 13 ans, découvre le sport paralympique grâce à un programme pilote grec. Ce réfugié syrien a fui les violences de son pays avec sa famille. Aujourd’hui, il apprend l’autonomie rêve d’un avenir meilleur.“Nous étions en train de descendre à la cave quand une bombe a touché le deuxième étage de notre maison et j’ai été blessé”, explique le jeune Najib. “Avant que Najib ne commence à s’entraîner, il se blessait partout. Il était tout le temps fatigué. Dès qu’il a commencé à s’entraîner et il redevenu très actif”, ajoute son père.

“Sa mère m’a dit qu‘àpartir du moment où il a commencé a faire ça, son esprit était concentré uniquement là-dessus, il se pose de grandes questions sur les sports qu’il fera par la suite (…) C’est une façon de commencer à se sortir de son expérience traumatique”, explique pour sa part Vasilis Kalyvas, son entraîneur.

Ce programme chapeauté part le comité grec paralympique et le haut comissariat des Nations Unis pour les réfugiés vise à aider ceux qui souffrent de handicap, les enfants en particulier. Pour Najib, pratiquer le handisport l’aide à rendre plus supportable son handicap. C’est aussi une façon d’avoir un projet sain pour l’avenir, lui qui a déjà vécu l’enfer avant même d‘être adolescent.