DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Transport aérien: le Venezuela est en train de se couper du monde

Vous lisez:

Transport aérien: le Venezuela est en train de se couper du monde

Transport aérien: le Venezuela est en train de se couper du monde
Taille du texte Aa Aa

Le Venezuela est en train de se couper du monde après le départ de la plupart des compagnies aériennes internationales, a prévenu mercredi Peter Cerda, vice-président pour le continent américain de l’Association internationale du transport aérien (Iata).

“La situation est difficile, la plupart des compagnies qui sont membres de la Iata sont déjà parties (du Venezuela). Nous avons six ou sept lignes aériennes avec des fréquences très réduites, au minimum”, a-t-il déclaré à des journalistes au Panama.

“Le Venezuela est en train de se couper du monde, surtout par la voie aérienne, et on ne voit pas de solution à court terme”, a ajouté Peter Cerda.

Le contrôle des changes exercé par l’Etat vénézuélien rend impossible pour les compagnies aériennes la conversion en dollars de leurs gains dans la monnaie locale, ainsi que le transfert de ces sommes vers leur siège.

Le montant total que ces entreprises n’ont pas pu rapatrier dans leur pays d’origine s‘élève à 3,8 milliards de dollars, selon les derniers chiffres de la Iata.

Entre 2014 et 2015, sont notamment parties Air Canada, Aeroméxico, Alitalia et Gol (Brésil). Depuis 2016 ont suivi les Américaines Dynamic, United et Delta, l’Allemande Lufthansa, puis Avianca.

Résultat: Caracas est de plus en plus isolé. En 2013, on comptait 57.000 sièges disponibles, au départ et à l’arrivée. Désormais, il n’y en a plus que 19.000, à des prix toujours plus élevés.

Parmi les compagnies toujours présentes, certaines ont réduit leurs fréquences, comme American Airlines ou Air France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.