DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nobel de la Paix : 318 candidats, il n'en restera qu'un seul

Beaucoup de favoris, beaucoup de grandes causes, le comité Nobel norvégien parviendra-t-il à faire un choix ?

Vous lisez:

Nobel de la Paix : 318 candidats, il n'en restera qu'un seul

Taille du texte Aa Aa

318 candidats au Nobel de la Paix encore cette année, et la rumeur veut que le Pape François soit en bonne position pour ses prises de paroles sur les réfugiés, la pauvreté, le climat, mais attention, il a déjà dit qu’il ne voudrait pas pas d’un tel prix, la paix étant, je cite, “le langage qu’il faut parler”.

La chancelière allemande Angela Merkel serait citée pour avoir ouvert les frontières de l’Allemagne aux réfugiés au plus fort de la crise migratoire.

On trouverait aussi le pacifiste turc Can Dundar, ex-directeur du journal turc Cumhuriyet qui, accusé de terrorisme pour avoir simplement fait son travail, vit, aujourd’hui, exilé en Allemagne.

Autre lauréat potentiel au Nobel de la paix, le Haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU et son patron Filippo Grandi. L’organisme a déjà eu le prix à deux reprises en 1954 et en 1981.

Ses chances serait minime, mais la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est citée pour ses efforts diplomatiques dans la crise gambienne de décembre 2016.

Comme l’an dernier, figureraient Les Casques blancs de la Syrie, une organisation humanitaire qui se revendique neutre dans le conflit syrien et qui aide à fouiller les décombres pour extraire des survivants.

Certains évoquent ACLU, l’Union américaine pour les libertés civiles, la grande association qui monte notamment les dossiers en justice contre les décisions prises par Trump sur le décret migratoire ou les transgenres…

D’autres citent “L’homme qui répare les femmes”, le Docteur congolais, gynécologue, Denis Mukwege, 62 ans, mais qui a déjà de nombreuses récompenses à son actif. Ou le jeune blogger saoudien, Raef Badaoui, également déjà récompensé en 2015 par le prix Sakharov, qui a été condamné en 2012 à 10 ans de prison.

Mais les grands favoris pourraient aussi être à chercher du côté de la lutte anti-nucléaire. Le Comité Nobel norvégien pourrait, en effet, distinguer Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif pour avoir été les architectes de l’accord sur le nucléaire, ou bien choisir de récompenser la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), une coalition mondiale d’ONG.

Notons que si aucun nom ne fait l’unanimité au sein du comité Nobel norvégien, le prix peut ne pas être décerné, ce qui est arrivé 19 fois depuis sa création en 1901.