DERNIERE MINUTE

Corée du Nord : cyberattaque en cours contre les Etats-Unis

Selon NBC, Pyongyang aurait lancé une cyberattaque contre des centrales électriques américaines.

Vous lisez:

Corée du Nord : cyberattaque en cours contre les Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Selon nos confrères de NBC, la Corée du Nord aurait lancé une cyberattaque ciblant des compagnies d‘électricité américaines dont les conséquences pourraient être désastreuses.

Selon un rapport secret, que s’est procuré NBC, des hackers nord-coréens ont envoyé des courriels contenant des logiciels malveillants afin d’infecter les ordinateurs de plusieurs compagnies dont la société FireEye.

Nul ne sait à ce stade si les ‘malwares’ sont parvenus à leurs fins mais FireEye a estimé que cette attaque était liée aux tensions croissantes entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. L’entreprise d‘électricité aurait également repéré des attaques similaires vers des infrastructures sud-coréennes incluant des établissements à caractère militaire et de transports (aviation).

Ce n’est pas la première fois que Pyongyang est accusé de cyberhacking. Il y a trois ans, Sony Pictures avait subi une attaque identique en guise de représailles après la sortie du film “The interview”, une comédie satirique se moquant ouvertement du dictateur Kim Jong-un.

Selon Frank Figliuzzi, l’ancien directeur adjoint de FBI pour le contre-espionnage, les Nords-Coréens souhaitent s’attaquer à de larges pans de l‘économie américaine.

“Ce qui nous préoccupe le plus, c’est la capacité des Nord-Coréens à frapper ici au cœur du pays, en particulier dans le secteur financier”, explique Dmitri Alperovitch, cofondateur de CrowdStrike, une entreprise de cybersécurité.

Des sources proches des milieux du renseignement américain ont également expliqué à NBC que la Corée du Nord était également à l’origine d’un braquage informatique de la Banque centrale du Bangladesh. Un hold-up qui aurait rapporté 68 millions d’euros à Kim Jong-un.

Le régime de Pyongyang aurait recruté plus de 6000 hackers chinois et sud-coréens notamment, selon un transfuge nord-coréen contacté par la chaîne partenaire d’euronews.

Avec Andrea Mitchell, NBC News