Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le Kenya dans l'inconnu à deux semaines du scrutin

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le Kenya dans l'inconnu à deux semaines du scrutin

<p>Des manifestation de l’opposition a été dispersée ce mercredi à Nairobi, la capitale du Kenya. Un pays plongé dans l’inconnu au lendemain du retrait de la candidature du leader de l’opposition Raila Odinga à deux semaines d’un second scrutin présidentiel.</p> <p>Dans l’ouest du pays, à Kisumu et Homa Bay, des milliers de personnes sont aussi descendues dans la rue au cris de “<em>Pas de réformes, pas d‘élection</em>“.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Press Conference <a href="https://t.co/JCc7Uij37L">https://t.co/JCc7Uij37L</a></p>— Raila Odinga (@RailaOdinga) <a href="https://twitter.com/RailaOdinga/status/917746943492685824?ref_src=twsrc%5Etfw">10 octobre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Raila Odinga avait conditionné sa candidature au renvoi des membres de la Commission électorale, qu’il accuse d’avoir truqué l‘élection du mois d’aout. Il estime que son retrait implique l’annulation du scrutin du 26 octobre. </p> <p>Mais le président Uhuru Kenyatta, dont la réélection a été invalidée par la Cour Suprême, n’est pas du même avis. Il reste seul en lice et pourrait être réélu de fait.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Democracy is for all and no single individual can stand in the way of the democratic right of the people <a href="https://twitter.com/hashtag/VoiNiJubilee?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#VoiNiJubilee</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/WakenyaNiWaleWale?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw">#WakenyaNiWaleWale</a> <a href="https://t.co/HLvEaf65uF">pic.twitter.com/HLvEaf65uF</a></p>— Uhuru Kenyatta (@UKenyatta) <a href="https://twitter.com/UKenyatta/status/917779678575955968?ref_src=twsrc%5Etfw">10 octobre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>D’autant que les députés de sa majorité ont voté ce mercredi une modification de la loi électorale. Elle prévoit entre autre de déclarer président le dernier candidat en lice, en cas de retrait de son adversaire.</p>