DERNIERE MINUTE

Catalogne : les indépendantistes lorgnent sur le modèle slovène

L'indépendance de la Slovénie s'inscrit dans un contexte totalement différent de la crise espagnole.

Vous lisez:

Catalogne : les indépendantistes lorgnent sur le modèle slovène

Taille du texte Aa Aa

Comment les indépendantistes catalans peuvent-ils sortir de l’impasse ? Face à la fermeté de Madrid cramponnée à son ordre constitutionnel, les Catalans n’en démordent pas, quitte à s’inspirer du processus d’indépendance de la Slovénie.
La petite Suisse de l’Est de l’Europe s’était émancipée de la Yougoslavie le 26 juin 1991 en déclarant son indépendance. Six mois plus tôt, le pays avait organisé un référendum d’autodétermination où le “oui” l’avait emporté à plus de 80%.
Un processus qu’avait suivi de très près Carles Puigdemont, l’actuel président catalan. Il avait alors 26 ans et s’était rendu sur place pour observer le cas slovène. La Slovénie fut finalement reconnue comme Etat par la communauté internationale et finit par intégrer l’Union européenne en 2004.
Mais les similitudes avec la Catalogne s’arrêtent là.


Un référendum fiable
Le référendum slovène qui conduisit à l’indépendance du pays n’est en rien comparable avec celui du qui s’est tenu le 1er octobre dernier en Catalogne. En Slovénie, 93,2% du corps électoral s’était déplacé pour aller voter et 88% des votants se sont prononcés en faveur de l’indépendance. En Catalogne, seulement 42,3 % des électeurs inscrits ont participé au vote. En outre, les conditions du scrutin n’ont pas vraiment respecté les règles d’organisation d’une élection libre et transparente. Résultat : malgré un plébiscite en faveur du “oui” à l’indépendance, le résultat n’a pas été probant. Considérant ce scrutin comme illégal, les autorités espagnoles ont d’ailleurs tout fait pour le saborder avant et pendant les opérations de vote.

*Un contexte historique *
La reconnaissance internationale de la Slovénie s’inscrit dans un double contexte : l’éclatement du monde communiste et la dislocation de la Yougoslavie fédérale. La déclaration d’indépendance slovène entraîna aussi une courte guerre avec l’armée yougoslave. Si le bilan fut finalement assez limité (moins de cent morts) le conflit en annonçait un autre : la guerre d’indépendance en Croatie qui fit plusieurs dizaines de milliers de victimes. Or l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie sont liées.
Sous l’égide de l’Union européenne (la CEE, à l’époque) les accords de paix de Brioni, en juillet 1991, ont rapidement permis à la Slovénie de stabiliser la situation en Slovénie. Mais ce ne fut pas le cas en Croatie.

Un peuple slovène homogène
Autre facteur qui compta dans la reconnaissance rapide de la Slovénie : l’homogénéité de sa population. Ce qui n’était pas le cas de la Croatie où une très forte minorité croate était d’origine serbe. Par comparaison, les Catalans ne constituent pas non plus un peuple homogène, la Catalogne étant une terre d’immigration depuis des siècles… sans parler de l’attachement viscéral des anti-indépendantistes à la couronne espagnole.

L’adhésion à l’Union européenne
Soutenue par les Européens dès sa naissance, la Slovénie fut rapidement reconnue par la communauté internationale. Après une phase de transition, le pays commença à négocier son adhésion à l’Union européenne qui se concrétisa en 2004, treize ans après son indépendance. Une fois dans le giron européen, la Slovénie usa ensuite de ses pleins pouvoirs pour ralentir l’entrée dans l’UE de sa voisine, la Croatie, en raison de divergences frontalières. L’adhésion de la Catalogne à l’UE risque d’être donc d‘être problématique. Dans l’hypothèse de son éventuel affranchissement d’avec l’Espagne, la Catalogne pourrait faire face à à l’intransigeance de Madrid qui pourrait refuser l’entrée de la Catalogne dans l’Union européenne puisque chaque Etat membre de l’UE dispose d’un droit de veto en matière d’élargissement de l’UE. Un véritable casse-tête politico-juridique.

C.Ga
Avec Agences