DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Turquie: les preuves de torture s'accumulent, selon HRW

Vous lisez:

Turquie: les preuves de torture s'accumulent, selon HRW

Turquie: les preuves de torture s'accumulent, selon HRW
Taille du texte Aa Aa

Human Rights Watch (HRW) a affirmé jeudi qu’il y avait de plus en plus de preuves d’abus commis sur des personnes en détention en Turquie, où la torture et les mauvais traitements sont, selon l’ONG, désormais “répandus”.

“Alors que se multiplient les preuves que la torture dans les locaux de la police est de retour en Turquie, le gouvernement doit d’urgence (…) ordonner qu’il y soit mis fin”, a déclaré Hugh Williamson, directeur de la division Europe et Asie centrale à HRW.

Des personnes poursuivies pour “terrorisme” ou en lien avec le putsch manqué de juillet 2016 “ont été torturées alors qu’elles étaient sous la garde de la police”, affirme HRW dans un rapport intitulé “En garde à vue : Tortures policières et enlèvements en Turquie”.

L’ONG s’appuie sur “des éléments de preuve crédibles” concernant onze cas “de graves abus”, et présente des allégations selon lesquelles “des policiers ont violemment battu et menacé des détenus, les ont entièrement déshabillés et, dans certains cas, les ont agressés sexuellement ou menacés de le faire”.

“La torture et les mauvais traitements dans des centres de détention de la police en Turquie sont devenus un problème répandu”, selon HRW.

Les personnes les plus exposées au risque de torture, selon l’ONG, sont celles qui sont accusées de liens avec le putsch manqué ou avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé organisation “terroriste” par Ankara et ses alliés occidentaux.

Les autorités turques accusent le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen, d’avoir ourdi la tentative de coup d’Etat, ce que l’intéressé nie.

Depuis juillet 2016, quelque 50.000 personnes ont été arrêtées et plus de 140.000 limogées ou suspendues.

Le gouvernement turc a à plusieurs reprises démenti les accusations de mauvais traitements. Le mois dernier, le ministre de la Justice Abülhamit Gül a ainsi affirmé qu’Ankara avait une “tolérance zéro” pour la torture.

HRW s’inquiète par ailleurs de plusieurs “enlèvements”, évoquant la possibilité de “disparitions forcées” de suspects qui seraient ensuite placés “dans des lieux de détention secrets”.

Aucun commentaire officiel sur le rapport de l’ONG n’a pu être obtenu dans l’immédiat.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.