DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Afghanistan: deux attaques des talibans font 71 morts

Vous lisez:

Afghanistan: deux attaques des talibans font 71 morts

Afghanistan: deux attaques des talibans font 71 morts
Taille du texte Aa Aa

Deux attaques longues de plusieurs heures ont fait 71 morts et 170 blessés mardi en Afghanistan dans une région troublée à la frontière pakistanaise. Des opérations présentées par les talibans comme une riposte à de récents raids américains.

Au moins 41 personnes dont vingt civils ont été tuées et près de 160 blessées au total, dont 110 civils à Gardez, capitale de la province de Paktiya (sud-est), dans l’attaque ciblant un vaste complexe de la police, selon le vice-ministre de l’Intérieur, le général Murad Ali Murad.

“L‘énorme onde de choc qui a suivi la déflagration m’a jeté au sol, quand je me suis rué dehors, j’ai vu beaucoup de morts et de blessés. Dont le corps d’un ami très proche” raconte depuis son lit d’hôpital Sayed Agha, policier blessé à l’intérieur du QG de la police.

L’assaut revendiqué par les talibans a duré cinq heures et s’est terminé par la mort des cinq assaillants qui portaient des uniformes de la police.

Simultanément, dans la province voisine de Ghazni, “25 membres des forces de sécurité et cinq civils ont été tués et une dizaine blessés” dans l’attaque du siège du district d’Andar, à l’ouest de Gardez, selon le vice-ministre.

Interrogé au Pakistan par l’AFP, un responsable taliban a affirmé que ces deux opérations étaient des représailles à de récentes attaques de drones américaines: “Ces opérations sont une contre-attaque”, a-t-il assuré.

Dans les deux cas, l’assaut a commencé par l’explosion de véhicules piégés qui ont ouvert la voie à des commandos armés.

“J‘étais en classe quand j’ai entendu un énorme boum, tout le bâtiment a été secoué, les vitres ont volé en éclats. On essayait de sortir quand on a entendu une deuxième explosion. Plusieurs camarades ont été blessés par le verre”, a rapporté un étudiant de Gardez, Noor Ahmad.

- Hôpitaux débordés –

A l’intérieur de l’hôpital de Gardez, c’est le chaos, “des enfants, des femmes et des policiers blessés attendent dans le hall” a précisé un correspondant de l’AFP qui a vu aussi des corps de policiers déposés à même le sol.

Tout autour du lieu de l’attentat, le verre jonche le sol. Les rescapés, choqués, regardent les colonnes de fumée grise et les incendies.

En fin d’après-midi, les journalistes étaient toujours tenus à distance du site par les commandos d‘élite qui ont mené l’assaut. Mais ils ont vu de l’extérieur des mares de sang et des carcasses de voitures, dont celle d’un Humvee, les bâtiments officiels effondrés et les barrières et murs de protection jetés à terre.

Le chef de la police provinciale, le général Toryalay Abdani, a été tué dès le début de l’assaut. Le complexe qui abrite un centre d’entraînement, des forces de la police nationale, de la police des frontières et des militaires a été soufflé par les explosions.

Après l’explosion des voitures suicides, a précisé le ministère de l’Intérieur, “les assaillants munis de vestes explosives et d’armes légères (…) sont entrés dans l’enceinte”.

Les forces spéciales et des renforts de police ont été déployés.

- Raids américains –

La province de Paktiya, frontalière des zones tribales du Pakistan, est un fief taliban où est également signalée une forte présence du réseau Haqqani, affilié aux insurgés et auteur d’attaques sanglantes et enlèvements.

Une frappe de drone américaine, lundi soir, a d’ailleurs ciblé une réunion du réseau Haqqani dans la zone tribale pakistanaise de Kurram, frontalière de Paktiya, faisant au moins 26 morts selon des responsables locaux.

Un porte-parole des forces américaines à Kaboul a confirmé qu’elles avaient “conduit le 16 octobre (lundi) plusieurs raids dans le district de Jaji Maidan, en Paktiya, sous le contrôle des autorités anti-terroristes”.

Cette région du sud-est est particulièrement troublée, place-forte d‘éléments armés où circulent, de part et d’autre de la frontière entre Afghanistan et Pakistan, talibans, membres du réseau Haqqani et d’Al-Qaïda.

Pour cette raison les forces spéciales américaines chargées de la lutte anti-terroriste ont installé une base près de la ville de Khost et entraînent une milice afghane à la réputation sulfureuse.

“Les talibans et le réseau Haqqani ne font qu’un et restent unis”, a souligné le responsable taliban au Pakistan, indiquant qu’une “réunion d’urgence doit décider d’intensifier les attaques”.

Le réseau Haqqani a été récemment visé par une opération de l’armée pakistanaise afin de libérer une famille de cinq otages américano-canadiens enlevés et détenus depuis cinq ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.