Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Deux leaders indépendantistes catalans arrêtés

Access to the comments Discussion
Par Pierre Le Duff  avec AFP
Deux leaders indépendantistes catalans arrêtés

<p>Deux dirigeants des principales associations indépendantistes de Catalogne ont été placés en détention lundi soir près de Madrid sur ordre d’un juge d’instruction.</p> <p>Inculpés pour sédition, ils sont soupçonnés d’avoir encouragé des manifestants à bloquer la sortie d’un bâtiment où des gardes civils menaient des perquisitions, en lien avec le référendum.</p> <p>“C’est un acte qui ne répond à aucun principe judiciaire, c’est une action qui a pour but de nous faire peur, de nous punir, pour avoir défendu la liberté”, a déclaré Jordi Sanchez, président de l’Assemblée nationale catalane dans un message filmé avant son arrestation.</p> <p>Jordi Cuixart, président d’Omnium Cultural, avait lui aussi enregistré un message vidéo avant son arrestation.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="und" dir="ltr">▪️<a href="https://twitter.com/jcuixart?ref_src=twsrc%5Etfw"><code>jcuixart</a>: "Més serenor, confiança i coratge que mai. Ens han dit tants cops que no podíem que ara ja sabem que ho podem tot" <a href="https://t.co/54EUbL7qBT">pic.twitter.com/54EUbL7qBT</a></p>— Jordi Cuixart (</code>jcuixart) <a href="https://twitter.com/jcuixart/status/920010905307533312?ref_src=twsrc%5Etfw">16 octobre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Le chef de l’exécutif catalan Carles Puigdemont a réagi sur Twitter, déplorant une très mauvaise nouvelle, ne rendant que plus forte la nécessité de liberté.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="und" dir="ltr">Empresonar <a href="https://twitter.com/jcuixart?ref_src=twsrc%5Etfw"><code>jcuixart</a> i <a href="https://twitter.com/jordisanchezp?ref_src=twsrc%5Etfw"></code>jordisanchezp</a> és una molt mala notícia. Pretenen empresonar idees però ens fan més forta la necessitat de llibertat.</p>— Carles Puigdemont (@KRLS) <a href="https://twitter.com/KRLS/status/920012748242767873?ref_src=twsrc%5Etfw">16 octobre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Ces détentions ont été accueillies par un concert de casseroles à Barcelone et dans toute la Catalogne.</p> <p>Les associations visées sont les fers de lance de l’indépendantisme catalan. Elles disposent d’une très forte capacité de mobilisation – l’<span class="caps">ANC</span> compte 40 000 membres – ce qui laisse présager des tensions dans les prochains jours, alors que l’ultimatum de Madrid au gouvernement catalan pour clarifier s’il proclame ou non l’indépendance prend fin ce jeudi.</p> <p>Le chef de la police de Catalogne, Josep-Lluis Trapero, poursuivi pour sédition a été placé sous contrôle judiciaire : il lui est interdit de quitter le pays et il doit se présenter tous les 15 jours devant un tribunal.</p>