DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Malte: le Premier ministre promet justice après l'assassinat de la journaliste

Vous lisez:

Malte: le Premier ministre promet justice après l'assassinat de la journaliste

Malte: le Premier ministre promet justice après l'assassinat de la journaliste
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a promis de retrouver les assassins de sa “plus grande adversaire”, la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia assassinée lundi, tandis que les hommages se poursuivaient, trois jours après l’attentat à la voiture piégée qui lui a coûté la vie.

Des amis des trois fils de la journaliste assassinée ont déposé des fleurs devant un monument face au palais de justice à La Valette, un bâtiment que la militante anticorruption connaissait bien.

Certains d’entre eux ont réitéré les accusations du fils aîné, Matthew, selon lequel le gouvernement de centre-gauche de M. Muscat est “responsable et complice” de la mort de la blogueuse. Ses attaques avaient poussé M. Muscat à convoquer des élections législatives anticipées qu’il avait finalement remportées en juin.

“Tout est balayé sous le tapis, affaire après affaire. Nous en sommes arrivés à un point où c’est devenu carrément flagrant”, a dénoncé l’un d’eux, Nigel Anastasi, un designer de 30 ans. “Elle sortait une histoire, tout le monde était au courant et rien ne se passait. C’est tellement frustrant. Les institutions n’agissent pas”, a-t-il ajouté.

L’assassinat “a touché tout le monde”, a déclaré à l’AFP Vella Lenicker, une architecte de 42 ans. “D’une certaine manière, nous sommes réduits au silence. C’est la plus lourde perte pour une nation. Nous nous sentons tous perdants, et c’est maintenant à chacun de nous qui sommes restés silencieux de nous faire entendre et de faire en sorte que ce qui s’est passé n’aura pas été vain”, a-t-elle ajouté.

Dans le même temps, M. Muscat a assuré dans un entretien au journal italien La Repubblica que c‘était sur l’opposition que portaient les dernières enquêtes de la journaliste.

“Il est impensable dans un pays comme Malte que quelqu’un meure pour son travail, et dans le cas de Mme Caruana Galizia pour ce qu’elle a écrit”, a-t-il affirmé, en assurant qu’il s’attacherait à “trouver les mandataires et les exécutants” du crime.

- ‘Ma plus grande adversaire’ –

“Elle était probablement ma plus grande adversaire, elle m’a attaqué depuis le temps où j‘étais le chef de l’opposition. Mais c‘était son travail”, a-t-il rappelé, répétant qu’il avait fait appel à la police fédérale américaine (FBI) et à des services de sécurité européens pour retrouver les meurtriers.

Daphne Caruana Galizia, 53 ans, “pionnière du journalisme d’investigation à Malte” selon la Commission européenne, a été tuée lundi dans l’explosion d’une bombe sous sa voiture.

Dans une interview au journal italien La Stampa, M. Muscat a évoqué le leader de l’opposition, Adrian Delia, indiquant qu’il avait été accusé d‘être impliqué dans des faits de “blanchiment d’argent, prostitution et autres” par la journaliste.

Selon M. Muscat, celle-ci a également affirmé dans son blog — qui comptait 400.000 lecteurs, presque autant que la population maltaise — avoir reçu des menaces de la part de “gens de l’opposition” le mois dernier.

M. Delia a réclamé mardi la démission de M. Muscat, estimant qu’il avait été incapable de garantir la sécurité de la journaliste et blogueuse.

Le Premier ministre a vivement répondu à cette attaque lors d’une allocution à la télévision maltaise, affirmant qu’il ne pouvait pas protéger quelqu’un qui ne le voulait pas.

Des experts néerlandais de la police scientifique sont arrivés mardi pour aider les enquêteurs, qui pour l’instant n’ont fait état d’aucune piste tangible.

Selon des sources policières maltaises, l’explosif utilisé, qui a propulsé la voiture de la journaliste dans un champ à plusieurs dizaines de mètres, était du Semtex, produit très puissant souvent utilisé dans des attentats d’envergure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.