DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Terrorisme : l'Europe veut une politique sécurité commune

Parmi les propositions de la Commission, la plupart sont déjà appliquées par les États membres.

Vous lisez:

Terrorisme : l'Europe veut une politique sécurité commune

Taille du texte Aa Aa

Comment rendre l’Europe plus sûre, alors que la plupart des auteurs d’actes terroristes, étaient en possession d’un passeport européen ? La réponse se trouve peut-être du côté de la prévention, et de la lutte contre la radicalisation. À Bruxelles, c’est le choix de la municipalité : protéger la population d’une propagande, qui promeut la violence. Mais la méthode universelle n’existe pas.

“C’est difficile d’affirmer qu’il y a des facteurs qui nous permettent de dire qu’une personne tend vers des comportements suspects” raconte Veerle Berx, la directrice de “Bravvo”, l’association de prévention et de lutte contre la radicalisation mandatée par la ville de Bruxelles. “Nous devons éviter les stéréotypes, et adopter une approche adaptée en fonction des individus qui se trouvent devant nous”.

Depuis deux ans, l’Europe face à une recrudescence d’actes terroriste. L’Union doit prendre des décisions : mercredi, la Commission européenne a présenté ses mesures pour contrer l’influence des djihadistes.

“Nous devons comprendre que les terroristes sont toujours en mouvement : ils changent, adaptent leurs méthodes, et nous devons faire la même chose”, a déclaré Julian King, Commissaire de l’UE pour la sécurité.

Parmi les mesures proposées : interdire l’accès à des substances utilisées pour fabriquer des bombes artisanales, améliorer la protection des espaces publics, prévenir la radicalisation, ou encore, renforcer la coopération entre Europol avec des pays-tiers. Certains États membres appliquent déjà un grand nombre des mesures proposées par la Commission, mais l’organe exécutif de l’Union cherche à harmoniser les stratégies antiterroristes au sein de l’UE, parfois fragmentées.