DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le producteur canadien Gilbert Rozon accusé d'agressions sexuelles

Vous lisez:

Le producteur canadien Gilbert Rozon accusé d'agressions sexuelles

Taille du texte Aa Aa

Le producteur canadien Gilbert Rozon, juré de “La France a un incroyable talent” et fondateur du festival Juste pour rire de Montréal, était éclaboussé jeudi par des accusations d’agression sexuelle qui l’ont forcé à quitter ses fonctions, dans le sillage de l’affaire Weinstein.

Célébrité québécoise et connu en France pour être membre du jury de l‘émission de M6, Gilbert Rozon, président du Groupe Juste pour rire, a démissionné mercredi soir de plusieurs postes juste avant que le quotidien Le Devoir et la radio 98,5 FM ne révèlent les témoignages à visage découvert de neuf femmes lui reprochant des abus sexuels.

“Ebranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point. A toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé”, a écrit sur Facebook le magnat du show-business québécois.

Agressions physiques, verbales, voire viol: les témoignages des neuf femmes détaillant leurs rencontres avec Gilbert Rozon dressent au fil de leurs révélations un portrait accablant du producteur âgé de 62 ans.

“Il m’a harcelée pendant plusieurs mois”, confie Anne-Marie Charette au Devoir, racontant une fois où elle s’est enfuie d’une chambre d’hôtel où elle se trouvait avec M. Rozon.

“Je me sentais vraiment petite, sachant l’homme puissant qu’il était. J’avais eu la force de le repousser, mais je n’avais pas la force d’aller voir la police.”

“Je n’ai jamais pensé à dénoncer ou à porter plainte. Dans ma tête, je savais que c‘était un viol, mais je me demandais si j’avais fait quelque chose de pas correct”, raconte la réalisatrice Lyne Charlebois, qui soutient avoir été violée il y a plus de 30 ans.

Au moins une des victimes présumées, la femme d’affaires Geneviève Allard, a porté plainte à la police en décembre pour des faits remontant à l‘été dernier, alors qu’elle avait rencontré Gilbert Rozon dans le cadre l‘émission télévisée “Les dragons”, selon les mêmes sources. Certaines étaient mineures au moment des faits.

- ‘Consternation’ –

Ces accusations ont fait l’effet d’une bombe dans le milieu culturel québécois, où Gilbert Rozon était une figure incontournable.

Le producteur était également commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de la fondation de Montréal en 1642 et vice-président de la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain, postes desquels il a aussi démissionné.

L’affaire a éclaté après la publication mercredi par le quotidien La Presse d’accusations similaires accablant une autre vedette de la télévision québécoise, Eric Salvail, animateur de l‘émission “Recettes pompettes”, adaptée en France.

L’une des victimes présumées d’Eric Salvail, l’humoriste Guillaume Wagner, a réagi dans la journée, accusant publiquement Gilbert Rozon d‘être un “agresseur”, bien que ce dernier ne lui ait jamais rien fait.

“Donner du pouvoir et de l’admiration à (n’en) plus finir à des hommes avides de pouvoir et d’admiration, ça donne souvent des monstres. Qui l’eut cru?!”, a écrit l’humoriste.

Après les révélations concernant M. Rozon, M6 a choisi de suspendre la douzième saison de l‘émission “La France a un incroyable talent”, dont Gilbert Rozon est un pilier.

Ce dernier avait déjà plaidé coupable pour des faits d’agression sexuelle en 1998, dans une affaire classée sans suite.

Mercredi soir, le maire de Montréal, Denis Coderre, avait fait part sur Twitter de sa “consternation” et de sa “déception” face aux “graves allégations d’inconduite sexuelle qui pèsent contre Gilbert Rozon”.

Dans la foulée de cette affaire ébranlant le monde médiatique québécois, le directeur de la police de Montréal, Philippe Pichet, s’est dit sur Twitter “très sensible à la situation actuelle”. “La section agressions sexuelles traitera toutes les plaintes avec le plus grand professionnalisme”, a-t-il assuré suivi du mot-dièse #MoiAussi.

Ce mot-dièse et son équivalent #MeToo, en anglais, est devenu sur les réseaux sociaux le cri de ralliement de centaines de femmes victimes d’abus sexuels et décidées à rompre le silence dans la foulée des dizaines d’accusations de harcèlement sexuel et de viols visant le tout-puissant producteur déchu d’Hollywood Harvey Weinstein.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.