Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Autriche : l'extrême droite négocie son entrée au gouvernement

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Autriche : l'extrême droite négocie son entrée au gouvernement

<p>L’Autriche s’achemine vers un retour de l’extrême-droite au gouvernement. Elle a accepté de venir négocier pour la formation d’une coalition de gouvernement, à l’invitation du futur Premier ministre. Le conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, a remporté le 15 octobre les législatives</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Autriche : le conservateur Sebastian Kurz appelle l’extrême droite à des négociations <a href="https://t.co/C37ILkHTSP">https://t.co/C37ILkHTSP</a></p>— Le Monde (@lemondefr) <a href="https://twitter.com/lemondefr/status/922790379379970048?ref_src=twsrc%5Etfw">24 octobre 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>“Je pense que l’Autriche mérite une rapide formation du gouvernement, a dit Sebastian Kurz. Mais notre pays mérite aussi un gouvernement stable avec la majorité au parlement. C’est pour cela que j’ai invité Heinz-Christian Strache et son parti le FPö à participer aux discussions pour pour former un gouvernement de coalition turquoise-bleu. L’Autriche ne peut pas être forte seulement en étant membre de l’Union européenne, mais en travaillant activement pour la rendre plus forte, particulièrement parce que nous assurerons la présidence au deuxième semestre 2018, c’est une tâche essentielle pour l’avenir.” </p> <p>Il y a 17 ans, quand l’extrême-droite avait été appelée à participer à la coalition en Autriche, cela avait provoqué un tollé en Europe. Mais aujourd’hui le monde a changé, et les partis populistes ont lissé leur image. </p> <p>Le FPö pose néanmoins des conditions précises pour entrer au gouvernement, comme la “sécurisation des frontières”, ou l’“arrêt de l’islamisation”.</p>