DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne: des agents de sécurité incitent des migrants à la prostitution, selon la TV publique

Vous lisez:

Allemagne: des agents de sécurité incitent des migrants à la prostitution, selon la TV publique

Allemagne: des agents de sécurité incitent des migrants à la prostitution, selon la TV publique
Taille du texte Aa Aa

Des agents de sécurité travaillant dans des foyers pour migrants gérés par la mairie de Berlin ont incité des réfugiés, notamment des mineurs, à se prostituer, selon la télévision publique allemande, suscitant l’indignation du gouvernement.

“On doit prendre ces informations très au sérieux car abuser de la situation de détresse dans laquelle se trouvent de nombreux réfugiés est inacceptable”, a affirmé mercredi le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert.

“Ce serait moralement très répréhensible de contraindre quelqu’un à se prostituer”, a-t-il ajouté, au lendemain de la diffusion d’une enquête de la chaîne publique ZDF.

La ZDF a obtenu des témoignages de migrants et d’agents de sécurité travaillant dans un foyer pour réfugiés à Wilmersdorf, au sud-ouest de Berlin, confirmant ces agissements.

“On nous appelle en nous disant j’ai besoin d’une femme ou plus généralement d’un homme, notamment des jeunes. Plus ils sont jeunes, plus c’est cher”, explique face caméra mais visage flouté un agent d’un foyer souhaitant “que ce système prenne fin”.

Selon ses dires, ces agents de sécurité, dont la société est employée par la ville de Berlin, touchent quelques dizaines d’euros en servant d’entremetteur entre migrant et client.

“Il y en a beaucoup qui se prostituent, ils ont besoin d’argent. Parmi eux, il y a des mineurs, aux alentours de 16 ans, même s’ils ne sont pas très nombreux. C’est moche mais ils n’ont pas le choix”, avoue un autre agent.

Son témoignage est confirmé par Omar, un demandeur d’asile de 20 ans du foyer de Wilmersdorf qui se prostitue depuis plusieurs mois.

“Un jour, un agent de sécurité est venu vers moi et m’a demandé: tu veux faire des affaires? Gagner de l’argent? Bien sûr, lui ai-je répondu. Pour l’amour avec une femme, tu reçois 30 euros, peut-être aussi 40”, explique-t-il.

Or la plupart de ses clients sont finalement des hommes, généralement âgés: “Que puis-je faire? J’ai besoin de cet argent mais ma famille ne doit absolument pas le savoir”.

“Nous n’avons pas de chiffres sur le nombre de migrants qui s’adonnent à la prostitution. On en suit une cinquantaine au sein du Tiergarten (grand parc berlinois) mais la plupart sont cachés, ou sur internet”, confie à l’AFP Diana Henniges, présidente de l’association d’aide aux réfugiés “Moabit Hilft!”.

“Le manque de place, la promiscuité, la détresse sociale, la dépendance à la drogue ou l’argent devant être envoyé à la famille restée dans le pays d’origine: leurs raisons de se prostituer sont multiples”. Leur âge? “entre 12 et 40 ans”, explique-t-elle.

En 2015, plusieurs cas de maltraitances de demandeurs d’asile dans des foyers avaient provoqué une vague d’indignation en Allemagne. Plusieurs enquêtes pour blessures corporelles visant des agents de sécurité sont toujours en cours.

La ville de Berlin a été vivement critiquée en 2015 et 2016 pour son accueil déplorable des migrants arrivés par dizaines de milliers lors de la crise migratoire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.